Melchior, Balthazar et Gaspard étaient les invités de la collégiale Sainte-Waudru le temps d’un spectacle. Et quel spectacle !

Sur une création de Luc Petit et Michel Teheux, le Noël des Cathédrales a fait escale à Mons pour la première fois. Au programme : l’odyssée des rois mages en quête du divin enfant. Un voyage prétexte au déferlement d’un lyrisme magique qui aura illuminé le regard des spectateurs présents durant les quatre jours de spectacle.

D’ingénieux systèmes mécaniques

Si les costumes, les danses et autres effets de lumière auront impressionné le public, le clou du spectacle aura été sans conteste l’irruption dans la nef centrale d’un chameau pas comme les autres. Avec ses six mètres de haut pour sept mètres de long, le camélidé pèse quelque deux tonnes. D’ingénieux systèmes mécaniques et pas moins de dix acteurs sont nécessaires pour donner vie à l’animal, qui ne laisse guère indifférent.

Autour de ce chameau tout droit sorti de la caravane de l’étrange, trois rois mages incarnés par Gilles Monnart, Nordin Tragane et John-John Mossoux. Dans le public, certains se demandaient si ce dernier était monté sur des échasses. Non, il mesure juste 2,20 mètres !

Ces Nocturnales ont également pu compter sur la collaboration de Danses & Cie ainsi que celle des Carolos de Dirty Monitor. "Voilà dix ans qu’avec Luc Petit, nous avons donné naissance aux Nocturnales", confie Michel Teheux.

"Tout a commencé à la collégiale de Huy avec cette volonté de rendre vivant notre patrimoine et de faire parler ces pierres chargées d’histoires et de symboles. Après avoir réalisé des spectacles à Huy depuis 2005, nous avons pour la première fois exporté notre Nocturnale à Namur et Mons."

Pas laissés indifférents

La collégiale Sainte-Waudru et son public n’ont visiblement pas laissé indifférents les deux créateurs. "Chaque église a une histoire différente évidemment. Et ici, à Mons, nous avons en outre la possibilité d’accueillir jusqu’à 680 spectateurs !", commente Luc Petit.

"La collégiale Sainte-Waudru se prête très bien à ce genre d’événement. Ce qui est formidable aussi, c’est cette atmosphère qu’elle dégage et qui se marie au spectacle pour captiver petits et grands. Je suis étonné de voir à quel point les enfants entrent dans le spectacle. J’imagine que quand ils arrivent ici, pour eux, c’est Harry Potter."

Reste à espérer que les Nocturnales reviennent à Mons après cette première mémorable. "Tout le monde nous le demande", réplique Michel Teheux. "L’envie est là mais il faudra voir au niveau de la faisabilité. C’est une grosse organisation qui nécessite beaucoup de moyens."