Sans surprise, la chambre du conseil de Mons a prolongé, vendredi, pour un mois le mandat d'arrêt délivré durant la nuit de lundi à mardi par le juge d'instruction Véronique Laloux contre Nathan D., inculpé de l'assassinat d'Alfred Gadenne, le bourgmestre de Mouscron. La défense de l'inculpé n'avait pas demandé sa libération. Nathan D. repassera devant la même chambre dans un mois. Une reconstitution des faits devrait avoir lieu en novembre. La première comparution devant la chambre du Conseil a été très brève, vendredi matin, car Nathan D. ne conteste pas les faits et assume sa responsabilité, selon son avocat, Me Jean-Philippe Rivière.

Un collège d'experts composé d'un psychiatre et d'un psychologue a été nommé par le juge d'instruction. La défense a proposé d'y convier un pédopsychiatre car la source de ce drame est la suite d'un autre drame qui s'est produit alors que l'inculpé était âgé de 15 ans. C'est lui qui avait découvert le corps sans vie de son papa, un homme qui s'était donné la mort car il venait d'être licencié par la Ville de Mouscron, son employeur.

Nathan estimait que le bourgmestre était responsable de ce licenciement et de la mort d'Olivier D. Lundi soir, Nathan a demandé au bourgmestre pourquoi il n'avait pas défendu son papa à l'époque. Alfred Gadenne a répondu qu'il n'avait pas reconnu Nathan. Ce dernier l'a frappé avec un cutter et l'a égorgé, à quelques mètres de la tombe de son papa. Il a ensuite appelé les secours après avoir placé ses mains, en vain, sur la plaie à la gorge.

A l'arrivée des secours, le populaire bourgmestre de Mouscron était mort.

Ses funérailles auront lieu samedi matin à Luingne. On attend entre 5.000 et 10.000 personnes dans le village qui sera entièrement bouclé dès 7h. La messe sera célébrée par Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai.