La population de Feluy, Arquennes, Petit-Roeulx, Seneffe ou encore Marche-lez-Ecaussinnes a probablement dû abuser sur les désodorisants ce mardi. Une très forte odeur de gaz s'est dégagée sur l'ensemble des villages durant toute la journée et même durant la nuit de mardi à mercredi. Ce n'est que ce mercredi que l'odeur s'est atténuée.

Forcément, de nombreux habitants se sont plaints auprès de la commune et ont contacté les pompiers par crainte qu'un problème plus important au niveau du zoning Seveso de Feluy soit à la source de ce dérangement. Les casernes de Nivelles et La Louvière se sont donc rendues sur place à plusieurs reprises durant la journée. Ils n'ont pas détecté de gaz mais ont tout de même pu confirmer l'odeur dérangeante.

Ce n'est que durant la soirée que la source de l'odeur a pu être identifiée. Il s'agissait bien d'un problème technique au sein d'une usine du zoning industriel. Et plus précisément l'usine Afton Chemical, installée rue de Scoufflény sur le territoire d'Ecaussinnes. "Suite à un problème technique, le système de sécurité s'est déclenché au sein de l'usine", explique Marie-Christine Duhoux, bourgmestre f.f. de Seneffe. "Les torchères ont alors fonctionné et créé ce dégagement qui a donné cette odeur dérangeante."

Le problème est désormais réglé mais les odeurs, semblables à du soufre, ont mis beaucoup de temps à se dissiper. De nombreux riverains se plaignaient d'ailleurs encore ce mercredi matin. En revanche, la commune se veut rassurante : "L'odeur est irritante mais il n'y a pas de problème de toxicité liée à cette odeur puisqu'il ne s'agit pas de gaz. Il n'y a donc aucune crainte à avoir."

L'opposition regrette quant à elle le manque de communication puisque la commune de Seneffe n'a réagi sur les réseaux sociaux qu'après 22 heures. "Une fois de plus, le collège communal, mené cette fois par une bourgmestre faisant fonction, a fauté dans sa communication", peste Michaël Carpin, chef de file du groupe PS. "Nous parlerons ici de non-communication, à l'heure où la population est inquiète par la crise sanitaire, ne pas être à ses côté est pitoyable. Nous exigeons que les membres du conseil communal soient dorénavant informés en priorité de tout problème qui surviendrait dans une des entreprises de notre entité et ce afin de pouvoir répondre aux inquiétudes de nos concitoyens"

De leur côté, les autorités communales se défendent de n'avoir reçu les informations plus précises que durant la soirée alors que les pompiers ont eu besoin de toute la journée pour détecter la source du problème.