Suite à l’adoption à l’unanimité de la proposition de décret Ecolo visant à l’application de la tirette par la commission des Affaires intérieures du Parlement wallon. "Cette proposition a pour objectif l’augmentation du nombre de femmes siégeant au sein des conseils communaux par l’adoption du système dit de la tirette, c’est-à-dire l’alternance une femme, un homme, ou l’inverse, du début à la fin de la liste. Cette proposition, acceptée à l’unanimité, serait d’application pour les communales et les provinciales de 2018", indique le député wallon Luc Tiberghien, également conseiller communal à Mouscron.

Après le scrutin communal, la moyenne en Wallonie est de 35 %, contre 36 % en Flandre et 41,5 % à Bruxelles. Luc Tiberghien s’est penché sur la question de la présence féminine dans les différents conseils communaux des vingt communes de l’arrondissement électoral Ath-Tournai-Mouscron.

Sa conclusion : "la moyenne totale est légèrement inférieure à la moyenne wallonne, mais il est difficile de tirer des conclusions générales, tant la situation varie d’une commune à l’autre. Mais en tout cas, il faut bien admettre que nous sommes encore loin de la parité, même si plusieurs communes atteignent 40 % d’élues".

En haut de la liste de la présence féminine au sein des conseils communaux dans l’arrondissement électoral, se trouve Estaimpuis, avec 42,85 %. Voilà une étrange coïncidence puisque le bourgmestre Daniel Senesael a récemment invité le chanteur du tube Où sont les femmes ?, Patrick Juvet, pour l’anniversaire de son compagnon.

En bonne position également : la commune de Celles avec 41,17 %. Véronique Durenne est d’ailleurs la seule bourgmestre de l’arrondissement. Autres communes à dépasser la barre des 40 % : Antoing avec 42,10 % et Mouscron avec 40,54 %.

Pour Tournai, c’est 35,89 %, et pour Ath, 31,03 %. En bas du classement, se trouvent Frasnes avec 19,04 %, Brugelette avec 23,07 % et Ellezelles avec 23,52 %.