La semaine dernière, Elia, le gestionnaire de transport d’électricité haute tension, a présenté son projet de réaliser une nouvelle liaison électrique aérienne, baptisé la Boucle du Hainaut. Elle s’étendra sur près de 85 km, dans 14 communes hennuyères. Sept communes de Wallonie picarde sont concernées.

Il faudra cependant attendre 2028 avant que le projet soit mis sur pied. "Un objectif très optimiste", explique Bruno Lefebvre, président d’Ideta, qui jouera le rôle de facilitateur auprès des communes concernées. Avant cela, la réalisation de la ligne haute tension doit passer par trois phases successives.

La 1re étape était celle du diagnostic. Elle s’est achevée récemment, après plus de 2 ans de concertation avec des représentants de l’administration wallonne et de la société civile. Elia a rencontré également chacune des 14 communes.

Place à la deuxième étape

Récemment, l’élaboration de la Boucle du Hainaut a donc franchi une nouvelle phase avec le dépôt du projet au sein de toutes les administrations communales. Désormais, cette deuxième étape verra la procédure officielle de demande de révision du plan de secteur.

Ces étapes successives sont centrées sur plusieurs processus légaux. Tout d’abord, la demande de révision du plan de secteur, qui devrait aboutir en 2023. Une fois ce plan de secteur passé entre les mains des instances communales ainsi que des citoyens, il sera déposé au gouvernement wallon avant d’être définitivement adopté.

Ideta facilitera la liaison, en jouant le rôle de relais du projet vers les différents acteurs. Pour les citoyens, une vidéo de présentation sera mise en ligne les 24 et 25 septembre prochain.

Ensuite, l’opérateur de transport d’électricité devra requérir le fameux permis d’urbanisme, primordial avant l’étape finale, celle de la construction. Les travaux commenceront donc à l’horizon 2025. Le périmètre de la mise en place du projet ne devrait cependant pas avoir d’impact sur les citoyens.

Christopher Hooghe