Hainaut La piscine de Leuze sera fermée jusqu’au 30 juin. Une procédure habituelle.

Plusieurs personnes désireuses de se rendre à la piscine de Leuze s’étonnent de la fermeture du bassin jusqu’au 30 juin inclus. Or il s’agit d’une procédure habituelle, comme l’explique Nicolas Dumont, président de la Régie communale autonome.

"Nous procédons au grand nettoyage. Nous avons des normes d’hygiène à respecter et le nettoyage sera effectué de fond en comble. Cette opération se déroule selon deux périodes annuelles, au moment des fêtes de fin d’année et juste avant les grandes vacances."

Le personnel en chômage économique

En février, en raison d’une avarie survenue à la chaudière, la piscine avait dû être temporairement fermée. D’où cette question : pourquoi ne pas avoir réalisé le grand nettoyage au moment de cette fermeture temporaire ?

"Il n’aurait pas été possible de procéder au grand nettoyage à ce moment-là, tout simplement parce que le bassin doit être entièrement vidé, répond Nicolas Dumont. Et dans ce cas, on amène de l’eau froide dans la piscine et, pour remettre ensuite à température un aussi grand volume d’eau, l’investissement aurait été trop énergivore tant que nous n’avions pas de solution pour la chaudière. Il aurait fallu faire monter une eau de 5 à 27 degrés. Ici, en cette période, le public scolaire est en examens et nous allons pouvoir rouvrir les portes de la piscine dès le 1er juillet pour les vacances."

Nicolas Dumont concède qu’un effort pourrait être réalisé en matière de communication de l’information au public. "Nous y travaillons. On pourrait par exemple créer une page Facebook dédiée à la piscine de Leuze."

Si le personnel peut être mis en chômage économique pendant une courte période comme celle-ci, il semble plus délicat de procéder de la sorte durant un laps de temps beaucoup plus long. Il faudra donc réfléchir lorsque les travaux de rénovation de la piscine seront lancés. Pour une durée d’un an ? Deux ans ? "La solution serait de recaser le personnel de la piscine au niveau de la commune pendant les travaux mais il faut vérifier si c’est possible administrativement", souligne le président de la Régie.