Les députés Wallons se mobilisent de diverses façons pour le tronçon manquant de la RN54.

En début de semaine, le député wallon, Julien Matagne (CDH) interpellait le Ministre sur le chaînon manquant de la RN54. Le problème: le projet qui allait enfin démarrer (après 40 ans), a été stoppé net par le nouveau gouvernement wallon et leur "stop béton". Depuis, tous les citoyens et tous les élus régionaux se mobilisent pour sensibiliser le Ministre et le faire changer d'avis.

C'est au tour de Rachel Sobry (MR) et à Paul Furlan (PS) de plaider pour la réintégration de ce projet dans le plan route qui doit être présenté par le Gouvernement wallon en novembre prochain.

Pour rappel, la construction de ce tronçon manquant de la RN54 Charleroi-Maubeuge est important pour le développement socio-économique de la région et le désenclavement des communes de Thuin, Lobbes, Anderlues, Merbes-le-Château et Erquelinnes. Les habitants subissent chaque jour aux heures de pointes une circulation bouchonnée par les camions qui sont obligés de passer par les petits villages pour se rendre en France ou vers Charleroi.

Du côté de la France, les travaux ont été réalisés. "Le Président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, et le Président de l’agglomération Maubeuge-Val de Sambre, Benjamin Saint-Huile, ont interpellé par ailleurs le Ministre-Président sur le manque de coordination de cette annonce alors que les projets de développement des infrastructures devaient être menés en parallèle des deux côtés de la frontière."

Pour Paul Furlan et Rachel Sobry, la réalisation de ce tronçon entre dans la déclaration de politique régionale. Les deux députés mettent en valeur 4 arguments.

En premier: "On doit considérer que ce projet est bien "en cours de réalisation" pour plusieurs raisons et n'est donc ni une nouvelle voirie, ni une extension de voirie." En effet, le projet avait commencé l'année dernière et un budget y était également déjà consacré. En deuxième lieu, le projet s'inscrit dans la D.P.R. puisqu'il s'agit véritablement de travaux de sécurité. Les députés explique également que le projet s'inscrit pleinement dans l'objectif climatique de la Wallonie.

"Nous pouvons finalement ajouter à notre plaidoyer des arguments tels que:

  • L'importance des motions souvent adoptées à l'unanimité dans les conseils communaux, concernés directement ou indirectement par la RN54
  • La motion transmise au Gouvernement wallon par la Conférence des Bourgmestres représentant les 29 communes de Charleroi Métropole.
  • La formidable mobilisation citoyenne qui s'est traduite par la pétition déposée devant le Parlement wallon.
  • L'absence d'alternative crédible aux déplacements dans la Haute Sambre."