L'inspection de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a refusé que les masques réquisitionnés mardi par le bourgmestre de Mons soient utilisés. En cause, l'absence du marque de certification "conformité européenne (CE)". Une situation "absurde", juge le bourgmestre.

Les autorités montoises ont annoncé mardi la réquisition d'une cargaison de quelque 2.000 masques venant du Royaume-Uni. Ces masques ont été distribués dans les hôpitaux montois, en grand besoin en la matière. Mais l'inspection de l'AFMPS a interdit l'utilisation de ces masques. "Nous vivons en absurdie", a indiqué le bourgmestre de Mons, Nicolas Martin, à Belga.

"On connaît la problématique du manque de masques pour le personnel soignant. Nous avons pu apporter un élément de solution via cette réquisition. Et voilà qu'on interdit l'utilisation des masques parce qu'ils ne portent pas le marquage CE. Nous devons gérer l'urgence et je pense qu'il faut faire confiance au personnel des hôpitaux, aux hygiénistes, quant à l'utilisation de ces masques, alors que nous vivons une pénurie dans tout le pays. Pour l'heure, nous attendons le suivi de l'inspection."

Du côté de l'AFMPS, on insiste sur l'indispensable certification des masques. "Il est très important de garantir la qualité des masques pour le personnel de la santé", a indiqué Ann Eeckhout, porte-parole de l'Agence fédérale. "La certification européenne 'CE' est donc indispensable, mais nous sommes prêts à accepter une certification hors-Europe."