Ne pas être capable de compléter un virement, d’analyser une facture, de gérer un budget plus que limité ou d’aider son enfant à faire un devoir sont autant de situations de la vie quotidienne qui handicapent les demandeuses d’emploi les plus précarisées.

Au chômage depuis de nombreuses années, sans la moindre confiance en elles et sans espoir d’emploi faute de diplôme en poche, elles s’excluent souvent elles-mêmes de la société.

C’est pour leur venir en aide que l’organisme de réinsertion professionnelle "Femmes actives" a vu le jour en 1990. Agréé par la Région wallonne et soutenu par le Forem, il propose aux demandeuses d’emploi de tous âges, et sans diplôme, des préformations gratuites grâce auxquelles elles peuvent à nouveau espérer décrocher un boulot.

"Nous sommes en mesure de leur proposer deux filières différentes", explique Sabine Seneca, de Femmes actives . "La première est une préformation d’intervenante à domicile au cours de laquelle on leur apprend les techniques de repassage, de couture de base, d’entretien des surfaces et de cuisine. La seconde est plus axée sur le développement personnel et son objectif est de leur redonner confiance en elles pour qu’elles puissent se sortir de cette exclusion."

Les stagiaires, exclusivement féminines, suivent ces formations pendant six mois et bénéficient en même temps d’un suivi psychosocial. "À leurs problèmes d’accès à l’emploi s’ajoutent souvent un endettement, des soucis de logement, de santé ou autres. Et en général, c’est un cercle vicieux : elles vivent dans des logements insalubres, les enfants tombent malades, ce qui engendre des coûts médicaux et une impossibilité, parfois, d’aller travailler. Avec, à la clé, malheureusement, un licenciement ou un contrat non renouvelé. Nous essayons de leur donner les clés pour sortir de ces spirales."

Grâce au climat de confiance qui s’instaure entre les formatrices et les stagiaires, ces dernières progressent souvent rapidement. Ce qui amène même parfois les responsables à devoir discuter avec les conjoints, inquiets de voir leur épouse s’émanciper et devenir de plus en plus autonome

Plus d’informations au 069/84.65.83.