Hainaut

Depuis avril 2006, des sans-papiers occupent l'église de la place Maugrétout à La Louvière. Mais ils ne pourront pas poursuivre leur action dans cet édifice.

" La paroisse et la fabrique d'église avaient déjà demandé que leur départ ait lieu fin juillet, mais ils ont accepté d'accorder un délai supplémentaire ", explique Freddy Bouchez, porte-parole du comité de soutien aux sans-papiers de la région du Centre.

Ce comité doit donc envisager les solutions possibles à partir du mois de septembre.

Parallèlement à ces préoccupations immédiates, le comité de soutien continue de plaider en faveur de critères de régularisation clairs, objectifs et permanents, garants d'un traitement correct des demandes.

Il veille aussi à sensibiliser les communes de la région réunies au sein de la communauté urbaine du Centre (CUC) à l'importance d'une prise de position publique sur la question.

" Nous estimons qu'à travers une telle prise de position, les communes pourraient illustrer les problèmes quotidiens de leurs CPAS dans la gestion de l'aide aux demandeurs d'asile et aux sans-papiers , note Freddy Bouchez. Cela permettrait une politique sociale plus cohérente en la matière et les travailleurs sociaux seraient eux aussi plus à l'aise pour accomplir leur mission. Et puis, il faut que les communes dépassent le fait accompli. Des bourgmestres refusent de signer des arrêtés d'expulsion, il est donc possible d'agir politiquement ."

Prendre ses responsabilités

Le comité a récemment rencontré Pascal Hoyaux, président de la CUC et Jacques Gobert, bourgmestre de La Louvière. Une réunion est à nouveau prévue à la mi-août.

" Les présidents de CPAS de la CUC ont récemment décidé à l'unanimité de ne pas créer un précédent par rapport aux sans-papiers de l'église Saint-Joseph, parce que les effets du bouche à oreille rendraient vite la situation ingérable ", précise pour sa part Pascal Hoyaux.

" De plus, le fédéral ne prend vraiment pas ses responsabilités dans cette problématique, avec les conséquences qu'on connaît pour la gestion communale et les CPAS ", ajoute le président de la CUC.

La conférence permanente des présidents de CPAS de la communauté urbaine a chargé récemment le président de cette instance, Marc Boitte, d'interpeller par écrit les ministres fédéraux concernés.

On rappellera que dans leur mémorandum fédéral, les CPAS du royaume demandent un financement fédéral intégral des missions remplies par les CPAS en matière d'accueil des personnes d'origine étrangère.

Les CPAS demandent aussi " l'élaboration d'une politique cohérente et humaine en matière d'immigration et de traitement des personnes en séjour illégal ".

En attendant, les sans-papiers qui occupent l'église Saint-Joseph de la place Maugrétout manifesteront ce samedi à partir de 11h dans les rues de La Louvière afin que les autorités publiques trouvent une solution à leur problème. Ou du moins se penchent plus avant sur leur cas.