La hausse brutale de la population rêvoise met à mal le côté rural de la commune.

Pour que Rèves (village de Les Bons Villers) ne devienne pas un cauchemar pour ses habitants, l’opposition Citoyenne de Matthieu Perrin ne veut pas d’un nouveau projet urbanistique tel que la majorité PS-MR d’Emmanuel Wart le conçoit.

Le désaccord provient d’une lecture différente de la création d’un nouveau quartier dans le village comptant près de 1 700 âmes. Pour le leader du parti d’opposition, le bourgmestre ne doit pas accepter un avant-projet comme celui présenté par le promoteur des travaux Lixon. Cet avant-projet prévoit la création de 141 logements, d’une nouvelle école et d’une résidence pour les aînés.

25 % d’habitants supplémentaires

Si le projet sort de terre en l’état, ce seront plus de 450 personnes qui débarqueront du jour au lendemain dans cette zone qui souhaite garder avant tout son caractère rural.

Ces 25 % d’habitants supplémentaires auront un impact grave sur l’organisation de la ville, sa gestion et son environnement.

Si Matthieu Perin en a fait son cheval de bataille pour ces élections 2018, lui et son colistier Philippe Genaux (ancien échevin MR des Travaux) ne rejettent pas d’un revers de la main ce projet d’ampleur. "L’école trouve tout à fait sa place mais 450 personnes sur même pas 3 hectares, ça fait beaucoup. Je regrette également que le citoyen ne soit pas concerté pour un tel chantier. En l’état actuel il n’y a même pas de crèche de prévue pour compléter le projet", déclare Matthieu Perrin.

Du côté du bourgmestre Emmanuel Wart, on prend les choses de manière plus détachée : "À ce stade, rien n’est encore signé, nous attendons l’avant-projet pour pouvoir discuter. Il est évident que nous allons faire une concertation citoyenne. J’œuvre pour le bien et la prospérité de ma ville. Jusque-là nous avons suivi tous les avis des différentes instances tant communales que régionales. Même si notre zone est prisée par les gens du Brabant wallon, nous privilégierons nos jeunes qui souhaitent s’établir dans la région tout comme nous l’avons fait à Franes."

Si Matthieu Perrin n’est pas négatif quant aux actions de la majorité, il regrette sincèrement qu’une bonne partie des décisions ne se prennent pas directement en concertation avec le citoyen.F.Ng.