C’est la proposition du groupe Ensemble pour le prochain conseil communal.

Il y a quelques jours, le collège communal PS-MR-Écolo de Soignies a présenté son nouveau plan global de sécurité routière. Une série de projets et d’aménagements ont ainsi été programmés aux quatre coins de l’entité afin de faire ralentir les automobilistes et de favoriser la mobilité douce. C’est dans cette optique de sécurisation aux abords des écoles que le groupe Ensemble souhaite ajouter sa pierre à l’édifice en proposant un point supplémentaire à ce plan.

Le groupe d’opposition souhaite mettre en place le système de "rue scolaire". Ce concept très répandu en Flandre consiste à fermer une voirie située à proximité immédiate d’un établissement scolaire pendant les heures d’entrée et de sortie des classes. Une mesure qui doit contribuer à améliorer la sécurité aux abords des écoles tout en luttant contre la pollution de l’air. "Cela permettra également d’inciter plus d’enfants et leurs parents à utiliser les modes de déplacement plus doux, si la sécurité du chemin vers l’école est également améliorée dans sa globalité", ajoute le conseiller communal Matthieu Biset.

"Ce principe est très intéressant même s’il n’est pas applicable à toutes les écoles de l’entité, certaines étant situées le long d’une voirie qu’il convient de laisser libre, précise le conseiller du groupe Ensemble. Pour Soignies, nous proposons de commencer par deux sites qui semblent particulièrement remplir les conditions matérielles requises : la rue Félix Eloy (entrée de l’école Saint-Vincent) à Soignies ainsi que la rue du Pontin à Horrues (école Saint-Martin)."

Plusieurs conditions à remplir

Plusieurs conditions devraient toutefois être réunies pour que ce système fonctionne correctement. "Il convient de sensibiliser les directions, le corps enseignant et les parents des écoles concernées ainsi que les riverains de la zone potentielle. Un nombre suffisant de places de stationnement doit être disponible à proximité. Une phase test d’une durée suffisante de minimum trois mois permettrait d’évaluer la mesure et d’envisager des ajustements. La rue scolaire doit être fermée physiquement tous les matins et soirs. Il faut idéalement une personne sur place pour la durée de la fermeture, surtout au cours des premiers mois."

Un texte sera donc déposé au conseil communal du 3 septembre.