Aucune camionnette blanche avec des individus cagoulés n'est passée par Dour ce mercredi.

Ils ont crié au loup alors qu'il n'y était pas. La tentative d'enlèvement de quatre enfants survenue mercredi soir à Dour était en réalité une histoire inventée de toute pièce par ceux-ci. En date du 2 octobre, le parquet de Mons avait été informé d’une tentative d’enlèvement de quatre mineurs âgé de 5 à 9 ans. Selon leurs témoignages concordants, quatre personnes cagoulées qui se trouvaient à bord d'une camionnette blanche avaient tenté de kidnapper deux des quatre enfants : un petit garçon et une petite fille.

Ces faits ont été pris très au sérieux par les autorités policières et judiciaires et toutes les vérifications ont été effectuées. Mais il ressort des devoirs réalisés par les services de police, et notamment par l’audition de certains parents des enfants, qu’aucune tentative d’enlèvement n’a été commise. "L’histoire aurait été inventée pour éviter des remontrances relatives à l’état vestimentaire des enfants par leurs parents", communique le parquet de Mons.

En d'autres termes, les quatre enfants qui étaient partis jouer dans un champ de pommes de terre ont utilisé cette histoire pour justifier l'état de leur vêtements. "L’enquête sera toutefois poursuivie et menée à son terme pour confirmer ces premières déclarations".

Lorsqu'ils ont raconté cette histoire à leurs parents, les jeunes enfants ne s'imaginaient probablement pas que les faits prendraient d'énormes proportions. La police des Hauts-Pays était sur les dents depuis mercredi soir en multipliant les patrouilles et les enquêtes de voisinage à Dour. De quoi créer un véritable vent de panique dans la région. La police avait d'ailleurs appelé au calme et à l'apaisement en ne sachant pas si ces faits été avérés ou non.

Cette histoire ne doit cependant pas minimiser les risques de tels agissements. "Face à ce genre de faits, nous avons besoin de la vigilance de tout le monde mais il ne faut pas céder à la panique", avait rappelé Pierre Carton, bourgmestre ff. de Dour. "Lorsque quelqu'un est témoin d'agissements de cette sorte, il faut évidemment agir en bon père de famille vis-à-vis des autres afin de faire fuir les potentiels délinquants. Et surtout, il faut prévenir la police immédiatement et relever les informations qui pourraient leur servir comme le numéro de plaque d'immatriculation."