Chris Massaki (MEM) souhaite voir installer des toilettes pour femmes au Marché aux Herbes.

Les inégalités entre hommes et femmes restent nombreuses et peuvent prendre diverses formes. Il y en a une qui pourrait paraitre anodine, mais qui a un impact significatif sur le quotidien des fêtardes à Mons. Et Chris Massaki souhaiterait y apporter une solution. L'élu de Mons en Mieux déposera d'ailleurs une motion au prochain conseil.

Chaque vendredi soir dans la Cité du Doudou, la place du Marché aux Herbes, forte de ses nombreux cafés, attire les foules. Durant la soirée, les hommes pris d'une envie pressante peuvent trouver leur bonheur auprès d'un urinoir public installé sur la place. Pour les femmes en revanche, c'est une autre histoire.

"Il n'y a pas de toilettes publiques pour les femmes", relève Chris Massaki. "Elles doivent nécessairement se rendre dans un café. Or certains établissements imposent un tarif. C'est une forme de discrimination. Si on a pris des solutions pour les hommes, il faut aussi en prendre pour les femmes. La remarque m'est venue d'amies qui fréquentent régulièrement le Marché aux Herbes."

Le conseiller de Mons en Mieux avait déjà soulevé le problème l'an dernier. "Le collège m'avait répondu qu'il y a un projet de toilettes publiques à l'ancienne carterie dans le piétonnier. Ça peut fonctionner en journée. Mais en pleine nuit, quand une femme est au Marché aux Herbes, je l'imagine mal faire des centaines de mètres, remonter une petite ruelle et se rendre seule dans des toilettes au piétonnier. Il faudrait explorer d'autres pistes. Plusieurs sociétés se sont par exemple lancées sur le marché en créant de nouveaux urinoirs pour femmes. C'est le cas notamment de la société Lapee qui se fait connaitre de plus en plus en Europe. Son produit, importé du Danemark, permet aux femmes d'uriner dans un environnement sûr et propre. D'autres pistes peuvent être étudiées, pour offrir aussi une solution aux PMR qui aujourd'hui, sont pénalisées lors de sorties au Marché aux Herbes par maque de toilettes publiques adaptées."

Du côté du collège communal, on indique qu'après enquête, il apparait qu'un seul café de la place fait payer les toilettes le vendredi soir. Les urinoirs du style Lapee peuvent être une solution intéressante pour des festivités comme le Doudou, mais ils n'offrent pas une solution durable pour la problématique des vendredis soir au Marché aux Herbes. Et encore moins pour les PMR. Le collège planche donc sur des solutions. L'ancienne carterie est une piste déjà avancée, mais ce ne serait pas la seule.

© Lapee