Désaccord budgétaire sur la rénovation de l’école de Grandvoir.

Comme on pouvait s’y attendre, le conseil communal de ce lundi soir a été très difficile à suivre pour tout le monde. Majorité contre opposition, acte… dix mille au niveau des tensions. Du déjà-vu. "Le chaos ! Voilà ce que vous avez créé dans la commune. Vous devez en assumer les conséquences", s’emporte d’abord Yves Evrard vis-à-vis de Dimitri Fourny. On n’en est qu’au point 4 du programme d’un soir qui s’annonce déjà très chaud. La joute verbale s’est poursuivie lorsque le point 16 est venu sur la table. On parle ici d’approuver le cahier des charges pour rénover l’école communale de Grandvoir.

Daniel Michiels, échevin des Travaux, ne comprend pas pourquoi l’opposition s’abstient sur ce point. "J’aimerais comprendre… Que manque-t-il dans ce cahier des charges pour que vous ne nous suiviez pas ? Des toilettes, des meubles ? Éclairez-nous !"

De coûteux travaux au mini-golf

L’opposition estime que le montant évoqué pour ces travaux est trop important et qu’il n’est pas possible de réaliser ces travaux en affaires courantes. Elle n’approuve pas ce point. On avance au point 26. Encore un malaise. Il s’agit d’un bâtiment désaffecté appartenant toujours à la SNCB. La majorité avait proposé de le racheter pour 1 euro symbolique. La SNCB a refusé au motif qu’il fallait respecter les procédures habituelles en matière de vente publique. "Mais la SNCB n’a encore reçu aucune offre de particuliers. On a donc refait une offre : 15 000 euros. Un prix raisonnable", selon Dimitri Fourny qui explique que ce bâtiment pourrait servir, par exemple au club de jeunes de Longlier, qui occupe actuellement une bâtisse qui n’est plus adaptée. "Oui, mais je ne pense pas que les parents apprécient le fait de voir leur enfant jouer à proximité d’une gare", rétorque Yves Evrard.

On termine avec un point qui s’est ajouté à l’ordre du jour : le mini-golf situé dans la vallée du lac. "Nous avons appris que vous souhaitiez réaliser des travaux de restauration du mini-golf. Avons-nous bien lu ? Quel genre de travaux ? Environ 500 000 euros sont annoncés pour cette rénovation ? À ce prix-là, les balles seront-elles en or ?" demande le conseiller Jean-Louis Borceux. Il est vrai que ce montant semble important. "Nous vous présenterons le dossier lors du prochain conseil communal", réplique l’échevin François Huberty. Mais étant en affaires courantes, on ne sait pas encore dire si ces projets portés par la majorité ont une chance d’aboutir.