Suite et fin du projet artistique des "réveilleurs", un collectif qui avait investi le terril du Boubier le soir de la Saint-Sylvestre pour y mettre en scène une simulation d’éruption volcanique : ce mercredi, ils y sont retournés pour installer au sommet de la montagne sacrée de Châtelet, rebaptisée le volcan Yapluka, un monolithe du type… Odyssée de l’espace 2021 !

Composée d’un prisme formé par trois lames de verre de 2,5 mètres de haut, la structure évoquant celles apparues récemment dans le désert américain de l’Utah et en Roumanie a été acheminée en pièces détachées à la pointe du terril. Son assemblage sur place a demandé un peu plus d’une heure de travail.

© D.R.

"Equipée d’un système d’éclairage, elle a offert un spectacle visible à plusieurs kilomètres à la ronde jusqu’au lendemain, cela grâce à une batterie mobile", selon l’un des responsables. "Notre collectif vient d’écrire au collège des bourgmestre et échevins de Châtelet pour voir comment l’alimenter durablement en électricité". Si tant est que le propriétaire privé du site l’autorise…

La date de l’épiphanie n’a pas été choisie par hasard pour ce geste artistique. Elle marque en effet l’arrivée des rois mages. Le monolithe s’impose comme le bon augure qui met définitivement fin au mauvais présage de la covid. Espérons que la structure survivra aux intempéries et au vandalisme.

Elle offre un spectacle étonnant sur le toit de l’imposant terril, au terme d’une ascension d’une vingtaine de minutes depuis le sentier de l’Oppidium.

© D.R.