Celui-ci était susceptible de voir le jour près du stade des Géants. La nouvelle majorité a dit stop.

Le nouveau collège communal d’Ath vient de stopper la procédure relative à un vaste projet immobilier de quelque 200 logements initié par l’ancienne majorité de Marc Duvivier et que de très nombreux riverains craignaient de voir un jour sortir de terre à proximité du stade du club de football des Géants, entre la chaussée de Valenciennes et les rues Paul Pastur et de la Haute Forière.

La nouvelle équipe au pouvoir a enterré définitivement ce projet jugé disproportionné et potentiellement préjudiciable en termes de nuisances pour les riverains, notamment sur le plan de la mobilité et du trafic.

Le 25 mars 2016, une décision de principe avait été prise au conseil communal pour l’étude d’orientation prévoyant d’accueillir dans le périmètre concerné 290 logements dont environ 177 au sein de la zone d’aménagement communal concerté (Zacc).

L’étude réalisée par le bureau Creat, désigné par la société Proweco, propriétaire d’une grande partie de la zone, consistait en un rapport urbanistique et environnemental.

Il faut savoir que l’adoption de ce Rue par le conseil communal en date du 29 mars 2018 constituait le préalable nécessaire et suffisant pour ouvrir le droit à l’octroi d’un permis d’urbanisme sur la parcelle suscitant les convoitises de n’importe quel promoteur.

"Si nous avions laissé courir le projet et que ce fameux rapport avait été approuvé par la Région wallonne, nous aurions eu le plus grand mal à revenir en arrière", explique le bourgmestre Bruno Lefèbvre (PS). "La nouvelle majorité s’est engagée à limiter l’expansion urbanistique de la capitale du Pays vert. Il était donc logique de retirer la décision du conseil communal ayant approuvé ce Rue voici presque un an", poursuit le maïeur.

Pour ce dernier, un projet de si grande ampleur avec autant de logements ne correspond pas aux attentes et demandes des citoyens. "Ce projet est complètement disproportionné", estime Bruno Lefèbvre.

Les auteurs de projet ont été reçus et informés de la décision que le collège communal allait prendre au préalable. "Nous ne sommes pas contre le développement territorial à condition qu’il tienne compte de l’environnement et des habitants."