La scène était surprenante et impressionnante ce samedi midi du côté de Cuesmes (Mons). Des motards venus des quatre coins de la Belgique mais aussi de beaucoup plus loin (Normandie, Rhône, Loire, Pays-Bas, Grand-Duché du Luxembourg,…) se sont rassemblés aux abords du funérarium Borgno. Ils étaient ainsi plus de 400 réunis dans l’unique but de rendre hommage à Stéphane Raulier, vice-président des Hell’s Angels West Area (section pour le Hainaut), décédé à l’âge de 44 ans.

Habitant de Frasnes-lez-Anvaing, Stéphane était originaire de Mons. Mais c’est partout en Belgique ainsi qu’auprès de nombreux autres clubs de motards qu’il était respecté et apprécié. Les blousons de tous les clubs et de tous les horizons ont pu en attester : c’est la grande famille des clubs de motards qui a perdu l’un des siens.

Inévitablement, un tel rassemblement de motards a dû être encadré par les forces de l’ordre qui avaient été prévenues préalablement.

La police de Mons/Quévy, épaulée par la police boraine, a même décidé de fermer la bretelle d’accès à l’autoroute R5 pour que les motards puissent s’aligner et former une haie d’honneur géante, moteurs vrombissants et casques levés vers le ciel, pour saluer Stéphane Raulier.

La fermeture de cette voirie a forcément créé de gros embarras dans tout le secteur et même sur le R5. Jusqu’à ce que le cortège ait démarré, peu après midi, en direction du crématorium de Mons. Là-bas, de nombreux autres policiers attendaient l’arrivée du cortège et des motards. Mais seule une centaine d’entre eux, majoritairement des membres des Hell’s Angels West Area, a finalement pu former une haie d’honneur sur le parking du crématorium.

Si la police était présente pour gérer la circulation, elle a aussi tenté de faire respecter les mesures de distanciation sociale et le port du masque. Il était évidemment très compliqué de surveiller tant de personnes simultanément et de s’assurer que chacun porte son masque. Et certains ne respectaient malheureusement pas toutes les règles. Mais le rassemblement, autorisé par les autorités locales compte tenu du fait qu’il comprenait essentiellement des véhicules sur la voirie et non des personnes en groupe, s’est tout de même finalement tenu dans un calme relatif.

© DH

© DH

© DH

© DH

© DH