Deux semaines avant l'arrêt des fouilles dans la cathédrale faute de subsides, les archéologues viennent de faire une découverte historique !

"Lors des fouilles, nous sommes tombés sur un niveau de sol datant du XIe siècle", explique Anne Brutsaert, archéologue du centre de recherches archéologiques nationales de l'UCL. "Nous avons alors découvert deux tombes qui étaient insérées dans le sol et qui étaient placées dans l'axe de l'église. Nous savions dès lors qu'il s'agissait sans doute d'évêques et nos recherches nous permettaient de penser qu'elles n'avaient jamais été ouvertes."

Et c'était le cas puisqu'hier, les archéologues ont mis au jour la dépouille de l'évêque Baudouin 1er dans la nef centrale, à l'emplacement de l'avant-choeur de l'église médiévale qui a précédé la cathédrale romane existant aujourd'hui.

La sépulture renferme un squelette, les mains croisées sur le bassin. Il est habillé de vêtements dont les restes apparaissent clairement mais sont en très mauvais état de conservation. Il porte également des gants sur lesquels on peut distinguer un anneau épiscopal portant des inscriptions. Le corps est également accompagné d'une crosse en bois.

Les archéologues ont également eu la chance de découvrir avec la dépouille, une inscription en pierre précisant le nom du défunt à savoir Baudouin 1er, évêque de Noyon qui a régné de 1044 à 1068. Une découverte qui contredit les textes qui affirmaient qu'il avait été inhumé dans l'abbaye de Saint-Barthélemy à Noyon. "Trouver une telle indication est vraiment important car elle nous permet de nous resituer dans le temps et surtout, cela confirme les hypothèses que nous avions émises tout au long de ces six années au cours desquelles nous avons fouillé la cathédrale de Tournai."

Des spécialistes de l'Irpa (Institut royal du patrimoine artistique) se chargeront d'enlever les ossements et les tissus avec toute la prudence que l'opération nécessite. Ensuite, les pièces iront dans des laboratoires pour une restauration complète. Peu d'évêques ont été inhumés dans la cathédrale au cours des Xe et XIe siècle. Il s'agit donc d'une découverte importante qui pourrait relancer les subsides pour la poursuite de fouilles particulièrement instructives sur toute une partie de notre histoire !