Père hiver et flocon de neige

(M.Lg.)

Maya Dourassoff, d'origine russe, vit à Liège depuis 40 ans. Fidèle à la paroisse du Laveu, elle se souvient des Noëls traditionnels du nord de la Russie. «Le 24 décembre, les gens ne mangeaient pas avant la venue de la première étoile. Ce jeûne durait jusqu'à l'office qui se tenait à 17h. Ensuite, ils rentraient et mangeaient des plats de poisson et le dessert traditionnel, un gâteau de froment cuit avec du miel et des fruits secs. Ce n'est que le lendemain que l'arbre de Noël était garni. Ce jour-là, on mangeait de la volaille et du porc.» En marge de ces ripailles, les enfants orthodoxes reçoivent la visite du «Grand-père de glace», ou «Père hiver», toujours accompagné de sa fille, joliment nommée «Flocon de neige».

«Aujourd'hui, nous fêtons deux fois Noël. Nous festoyons autour du sapin le 25 décembre, puis nous célébrons le Noël religieux en janvier.»

Heureux mélange de traditions de l'Ouest et de l'Est, le Noël se dédouble donc pour les orthodoxes, multipliant les occasions de rencontres en famille ou entre amis et les moments religieux.

© La Libre Belgique 2004