Rocade dans les bois d’Esneux

Ce n’est pas un secret, la suppression des passages à niveau (jugés dangereux en raison du passage des trains et des usagers de la route) est d’actualité partout où on en trouve.

Marc Bechet
Rocade dans les bois d’Esneux
©Devoghel

Ce n’est pas un secret, la suppression des passages à niveau (jugés dangereux en raison du passage des trains et des usagers de la route) est d’actualité partout où on en trouve.

En Europe, toutefois, on n’en dénombre pas moins de 200.000, un chiffre qui se limite à 2.000 si on ne considère que le territoire belge. Pour supprimer purement et simplement ce type de traverse-voie, dès lors, il est parfois nécessaire de redoubler d’ingéniosité pour ne plus passer sur les voies ferrées. Parfois, toutefois, en plus d’être coûteux, le détour est impossible, ou presque.

À Esneux, en effet, si les débats furent houleux autour de la question du remplacement du pont de Tilff, ils risquent de l’être plus encore autour de ce nouveau projet d’Infrabel.

Au centre-ville, en effet, c’est un autre chantier qui est aujourd’hui envisagé par Infrabel. "Un projet complètement fou", jugent déjà certains de ses détracteurs. Pour éviter la voie ferrée située au pied de la rue Grandfosse (photo), passage obligé vers la rue de la Station au centre d’Esneux, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge envisage un petit détour dans les bois.

En effet, à cet endroit, bordé de maisons et non loin de la gare, un pont serait une hérésie; seule solution pour éviter le site, dès lors, une rocade qui partirait de l’hôpital plus haut et qui effectuerait une grande boucle pour atterrir 500 mètres au-delà de la gare, après la salle de l’Escale.

Nul besoin de préciser que le projet est imposant, coûteux et qu’il animera très certainement les débats dans les mois à venir.