Un pont à l’identique, SVP !

C’est dans une ambiance pour le moins électrique, en présence de plusieurs centaines de Tilffois, que le service public de Wallonie et Infrabel ont présenté le projet qui a été retenu en vue du remplacement du pont de Tilff.

Jessica Defgnée
Un pont à l’identique, SVP !
©Devoghel

C’est dans une ambiance pour le moins électrique, en présence de plusieurs centaines de Tilffois, que le service public de Wallonie et Infrabel ont présenté le projet qui a été retenu en vue du remplacement du pont de Tilff.

Il s’agit de construire un nouvel ouvrage et de supprimer trois passages à niveau. Le tout s’accompagnant d’aménagements routiers. Dans le cadre de l’étude d’incidences, la population a jusqu’au 23 octobre pour faire part de ses doléances et/ou remarques, par écrit, au collège communal d’Esneux.

Pour rappel, c’est en 2001 que le pont a mis en évidence une dégradation irréversible. Très vite, il s’est avéré nécessaire de procéder à son remplacement, une simple réparation n’étant pas envisageable. Fin 2003, plusieurs solutions ont été présentées à la population.

Alors que le Met (aujourd’hui le Service public de Wallonie) et la SNCB privilégiaient celle qui prévoyait la suppression des trois passages à niveau de Tilff, Sainval et Colonster, le conseil communal d’Esneux s’était prononcé en faveur du remplacement à l’identique. Puis, le dossier ayant connu plusieurs rebondissements, la demande de permis a été retirée. Le remplacement à l’identique et la rocade sont les solutions qui ont été maintenues.

Début 2006, trois nouvelles idées ont été soumises au Met. Si deux d’entre elles étaient envisageables, elles aboutissaient toutes rue d’Angleur et nécessitaient l’expropriation d’environ 18 maisons. C’est alors qu’une autre idée est apparue. Dénommée "rocade pépinière", elle consiste à arrêter la rocade complète au niveau de la pépinière. Ce qui permet d’éviter les 18 expropriations mais allonge le parcours.

Les analyses et discussions se sont poursuivies jusqu’à ce qu’Infrabel présente, en octobre 2008, un projet intermédiaire visant, également, à supprimer les trois passages à niveau. Concrètement, "le tracé partirait de l’avenue Neef avec un pont au-dessus des deux bras de l’Ourthe et de l’île du Moulin. De là, le tracé suit celui de la rocade pépinière avec un passage sous les voies de chemin de fer et la création d’une voirie rejoignant le futur giratoire au pied de la route de Colonster." Ici, les expropriations nécessaires se limitent à une, voire deux. L’investissement a été estimé à 10 millions d’euros.

C’est cette solution intermédiaire, qui n’a guère évolué depuis 2008, qui vient d’être présentée à la population. Le projet prévoit, en outre, l’aménagement d’une passerelle, à l’endroit du pont actuel, afin de permettre aux piétons et cyclistes de relier les deux rives du village.

Très vite, les esprits se sont échauffés. Plusieurs personnes agitaient des calicots et tentaient de monopoliser la parole. Le brouhaha qui s’échappait de la salle était tel que les quelques agents de police restés à l’extérieur sont entrés. Ils n’ont finalement pas dû intervenir.

Ces riverains ne veulent pas de ce projet Ce qu’ils réclament ? Le remplacement du pont à l’identique. Il s’agit, pour eux, de "préserver l’unité du village, la sécurité de circulation dans les quartiers et zones récréatives".

Du côté du collectif "Quel pont pour Tilff ?", on voit dans ce projet de nombreux inconvénients. C’est ainsi que l’on épingle la détérioration urbanistique et environnementale, des nuisances sonores de part et d’autre de l’Ourthe ou encore l’insécurité liée à la traversée de lieux de résidence et au passage à proximité d’une zone récréative (Les Prés de Tilff).