Une tendance durable

Les projets de construction de logements s’inscrivant dans une logique de développement durable sont toujours plus nombreux. En témoigne cet éco-quartier qui doit être aménagé au Sart Tilman, sur une zone de 26000 m² en bordure du domaine universitaire. Pour mener à bien ce projet, la Ville et l’Université de Liège avaient lancé, en janvier 2010, un appel à intérêts en imposant une obligation de résultat en terme d’efficience énergétique. Il s’agit d’y construire 92 logements (27 maisons et 65 appartements d’une et deux chambres) auxquels s’ajouteront quelques fonctions complémentaires (unités de bureaux, commerces de proximité et local communautaire).

Une tendance durable
Jessica Defgnée

Les projets de construction de logements s’inscrivant dans une logique de développement durable sont toujours plus nombreux. En témoigne cet éco-quartier qui doit être aménagé au Sart Tilman, sur une zone de 26000 m² en bordure du domaine universitaire. Pour mener à bien ce projet, la Ville et l’Université de Liège avaient lancé, en janvier 2010, un appel à intérêts en imposant une obligation de résultat en terme d’efficience énergétique. Il s’agit d’y construire 92 logements (27 maisons et 65 appartements d’une et deux chambres) auxquels s’ajouteront quelques fonctions complémentaires (unités de bureaux, commerces de proximité et local communautaire).

Ce dossier est présenté comme étant exemplaire dans le sens où il tient compte de l’environnement et de la biodiversité existants tout en faisant appel à des techniques et matériaux qui permettent de dépasser les exigences légales en terme d’économie d’énergie. "Ces logements sont passifs à 90 %, souligne Damien Franzen, du bureau d’architecte FHW. En terme d’impact sur l’environnement, on réduit les émissions de CO2 de moitié par rapport à ce qui est le minimum obligatoire aujourd’hui." Ces logements pourront accueillir des personnes âgées aux rez-de-chaussée, des couples, des chercheurs de l’Université, etc. La zone sera aménagée à l’image de placettes publiques; des emplacements couverts pour vélos seront installés; des fossés à fauchage tardif feront office de bassins d’orage et permettront de favoriser la biodiversité

On constate, par ailleurs, que la tendance au développement durable se répercute aussi sur le logement social. Du côté de Melen (Soumagne), le Foyer de la région de Fléron a lancé un chantier de construction de dix logements durables aux qualités thermo-efficaces. Ceux-ci devraient être disponibles en mars 2012. Il s’agit, d’une part, de réduire les charges énergétiques dues par les locataires qui éprouvent de plus en plus de difficultés à les assumer et, d’autre part, d’avoir recours à des matériaux qui donnent au bien la capacité de durer davantage dans le temps. "Nous visons un taux de renouvellement de l’investissement le plus limité possible, explique Michel Deffet, directeur-gérant. Dans un appartement de deux chambres, la consommation d’une famille devrait se limiter de 460 à 480 euros par an pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. Ce qui représente une économie de l’ordre de 60 à 80 %, selon les utilisations."