ArcelorMittal: la direction libérée

Les six membres de la direction liégeoise du sidérurgiste ArcelorMittal ont enfin pu quitter le Centre Acier de Flémalle ce mardi à 16h50, après en avoir été empêché par les travailleurs depuis lundi midi. La direction est sortie par une porte latérale, sous escorte policière.

BELGA
ArcelorMittal: la direction libérée
©EPA

Les six membres de la direction liégeoise du sidérurgiste ArcelorMittal ont enfin pu quitter le Centre Acier de Flémalle ce mardi à 16h50, après en avoir été empêché par les travailleurs depuis lundi midi. La direction est sortie par une porte latérale, sous escorte policière.

"Nous avons suivi les recommandations des policiers pour éviter toute possibilité de violence, ce qui a toujours été notre attitude depuis hier", souligne le porte-parole, Etienne Botton, qui faisait partie des "reclus". Sous la pression de la direction européenne du groupe et de menaces de représailles judiciaires, les organisations syndicales avaient annoncé cette "libération" dès 15 heures mais les délégués se sont retrouvés alors face à une base mécontente de cette décision.

"Nous avons connu une assemblée générale très, très houleuse, c'est vrai, reconnaît David Camerini pour la délégation CSC-Metea. Et on a mis beaucoup de temps à convaincre les travailleurs qu'il fallait laisser sortir la direction. Les travailleurs sont très en colère et je pense que cette colère est légitime: c'est de la faute de la direction si on en est arrivés là".

Si la direction a quitté le siège, le conflit social n'en est pas pour autant éteint: l'ensemble des usines liégeoises est toujours paralysé par la grève et les travailleurs continuent leur mobilisation devant le centre acier.

"Il faudra pourtant bien que le dialogue social reprenne", souligne Etienne Botton. "On verra dans quelles conditions c'est possible".