Nocturne : victime de son succès ?

Ce dimanche, personne n’était capable de dire combien de personnes s’étaient déplacées pour participer à la désormais célèbre Nocturne des Coteaux de la Citadelle. Une certitude, il y avait beaucoup de monde. Selon les organisateurs, l’édition 2011 a d’ailleurs atteint un record. Puisqu’on évoquait en 2010 25.000 personnes, on pourrait avoir approché les 30.000 cette année ! Est-ce trop ?

Marc Bechet
Nocturne : victime de son succès ?
©Bureaux regionaux / Bruno Devoghel

Ce dimanche, personne n’était capable de dire combien de personnes s’étaient déplacées pour participer à la désormais célèbre Nocturne des Coteaux de la Citadelle. Une certitude, il y avait beaucoup de monde. Selon les organisateurs, l’édition 2011 a d’ailleurs atteint un record. Puisqu’on évoquait en 2010 25.000 personnes, on pourrait avoir approché les 30.000 cette année ! Est-ce trop ?

"C’est la rançon de la gloire", commentait Anne Gougnard, présente dans l’organisation depuis dix-huit ans, "et c’est vrai qu’on a essayé d’étendre, mais les gens sont toujours tentés de se concentrer sur les terrasses et à la Montagne."

Ce qui est clair, c’est que l’objectif touristique de l’événement est plus que jamais rencontré puisque, dans la foule, il n’était pas rare d’entendre parler le néerlandais, l’anglais ou l’allemand.

Pour Anne, par ailleurs, un point positif est ce roulement constaté : "Les personnes qui sont déjà venues et qui n’ont plus envie d’être dans cette foule ne viennent pas. Ce n’est pas tout le temps le même public". Par exemple, les jeunes seraient plus nombreux qu’auparavant. Attention toutefois, l’organisatrice prévient : "Il ne faut pas non plus que ça devienne une grosse guindaille. Beaucoup disaient qu’on avait l’impression d’être au 15 août. Après le feu d’artifices, c’est fini pour nous".

Petit bémol cette année, le dessin réalisé pour les marches par les architectes (ULg) aura eu moins de succès, "mais il ne faut pas non plus critiquer, ils ont fait un excellent travail mais maintenant on sait que ce qui marche le mieux c’est les formes géométriques, pas les concepts".

L’an prochain, l’objectif est bien de s’étendre mais vers la ville et le Mont Saint-Martin. "Nous avons essayé du côté de Vivegnis mais ça a moins de succès".

En attendant, Anne donne rendez-vous à ceux qui veulent pour un événement plus intime, toujours sur les Coteaux, avec la Nocturne des enfants. Celle-ci se déroulera le 4 novembre prochain. Elle s’adresse aux jeunes et à leurs parents. La réservation est obligatoire.