Le projet Buelens inquiète

La "Gazette" l’évoquait en primeur dans son édition du 9 février, dans le cadre d’un dossier sur les grands projets immobiliers liégeois : le promoteur bruxellois Buelens a l’ambition de construire un immeuble de bureaux de quelque 10 000 m² sur le site du Cadran.

Bruno Boutsen

La "Gazette" l’évoquait en primeur dans son édition du 9 février, dans le cadre d’un dossier sur les grands projets immobiliers liégeois : le promoteur bruxellois Buelens a l’ambition de construire un immeuble de bureaux de quelque 10 000 m² sur le site du Cadran.

C’est le terrain situé à sa droite, en venant de la place Saint-Lambert, et jouxtant le mur aveugle de l’académie des Beaux-Arts (et non le mur aveugle de la rue de l’Académie ) sur lequel le promoteur a jeté son dévolu. Lequel, aux dires de l’échevin liégeois en charge de l’Urbanisme Michel Firket (CDH), qui s’exprimait à l’époque dans nos colonnes, entend "aller vite", envisageant sur le site, avec le concours du bureau international d’architecture Art & Build, "une sorte d’émergence urbaine". Et ainsi que l’a expliqué récemment Pascal Uyttendaele, responsable du projet chez Buelens, "ce sera un bâtiment à plusieurs niveaux, il y aura des volumes de trois, de quatre, de cinq et de sept étages, il s’agira uniquement de surfaces de bureaux avec une partie commune réservée à l’un ou l’autre espace commercial".

La demande de permis a été déposée en février auprès de la Ville. La balle est à présent dans son camp - et dans celui de la Région - et il lui revient de prendre position. Si le permis est accordé, les travaux pourraient débuter à la fin de cette année. Mais ce n’est pas encore le cas et la Ville doit désormais compter avec les inquiétudes des riverains.

Lors du dernier Conseil communal, Brigitte Ernst (Ecolo) a d’ailleurs interpellé l’échevin au sujet du caractère jugé disproportionné - un immeuble de sept étages alors que la règle est du rez + 2 ou 3 - et inadéquat - du bureau, et non du logement, situé en ville - du projet. Michel Firket, que nous avons recontacté en vain, refusait de se positionner trop avant sur un projet qui en est toujours au stade de l’instruction, tout en mettant en avant le fait que le terrain racheté par Buelens était précédemment la propriété de la SNCB et non de la Ville.

En outre, d’autres projets - de logements cette fois - sont en cours pour le site du Cadran, sur des terrains appartenant à la société des frères Berryer et à Olivier Noël-Martin, propriétaire du Crowne Plaza. Au-delà de ce site, un réel manque est constaté en matière d’immobilier commercial à Liège, manque que ce projet de bureaux, destiné à accueillir du privé mais aussi du public, pourrait combler.