Couhène et bibelots à la ferme castrale

Le 21 juillet est un jour de tradition, de découverte et de gour mandise à Hermalle-sous-Huy. Comme chaque année, la fête foraine se tiendra sur la place des Combattants. Boissons à bulles et pains-saucisses à la main, plusieurs centaines de voisins et de touristes se croiseront autour du podium et des différentes attractions. Mais pour les plus aînés, ce jour férié a une signification bien plus symbolique. En effet, un récit moyenâgeux rapporte qu’après avoir ordonné la pendaison arbitraire d’un manant, le seigneur d’Hermalle l’aurait gracié en raison d’un heureux événement au château. Pour remercier Dieu, il aurait même décrété que des festivités se répéteraient chaque dimanche qui suivrait le 16 juillet. La fête du Grand Pardon était née.

Le 21 juillet est un jour de tradition, de découverte et de gour mandise à Hermalle-sous-Huy. Comme chaque année, la fête foraine se tiendra sur la place des Combattants. Boissons à bulles et pains-saucisses à la main, plusieurs centaines de voisins et de touristes se croiseront autour du podium et des différentes attractions. Mais pour les plus aînés, ce jour férié a une signification bien plus symbolique. En effet, un récit moyenâgeux rapporte qu’après avoir ordonné la pendaison arbitraire d’un manant, le seigneur d’Hermalle l’aurait gracié en raison d’un heureux événement au château. Pour remercier Dieu, il aurait même décrété que des festivités se répéteraient chaque dimanche qui suivrait le 16 juillet. La fête du Grand Pardon était née.

Depuis près d’une vingtaine d’années, elle prend également la forme d’une brocante. Dès 8 h. du matin, une quarantaine d’étalages fleurissent habituellement dans la cour de la Ferme castrale du village et sur l’allée centrale. "C’est une brocante ouverte aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers. Il y a de tout. Des pièces de monnaie, des maquettes de bateau, des curiosités du XVIIIè siècle et même des objets venus d’Afrique et d’Asie", déclare Nicole Hanot, du Syndicat d’initiative. L’ASBL y joindra environ 30.000 ouvrages d’occasion soldés de 10 à 50 % et des objets insolites issus de sa brocante permanente. Les musées Postes restantes et de la Gourmandise seront quant à eux fermés. Les plus curieux devront donc s’armer de patience pour contempler les cornets postaux du XVIIIè, découvrir la valeur symbolique du concombre ou les aliments qui servaient jadis de monnaie.

Cependant, en fin de parcours, les amateurs d’histoire et de découvertes seront sans doute ravis de voir le folklore s’inviter dans leur assiette. La taverne Al Rawète du musée de la Gourmandise ouvrira ses portes de 14 à 19 h. Allumelle à la ténoisie, salåde come à Lîdje, porée de verdurage ou matoufè figurent sur la carte du restaurant aux côtés de recettes du Vè siècle remises à l’honneur.

Les bénéfices de cette brocante permettront de soutenir la restauration des infrastructures et les activités muséales.

Yannick Gody (St.)