Changement de visage pour le Cadran

Porte d’entrée de Liège, le carrefour dit du Cadran, sis au-delà de la place Saint-Lambert et conçu comme un nœud en termes de mobilité, fait l’objet de plusieurs projets immobiliers d’ampleur. Et pour cause, serait-on tenté d’écrire, tant les espaces abondent et l’endroit est jugé stratégique. Alors que les compétences de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire viennent d’être dévolues à deux échevins distincts, à savoir respectivement Maggy Yerna (PS) et Jean-Pierre Hupkens (PS), plusieurs de ces projets sont en train d’évoluer.

Bruno Boutsen

Immobilier

P

orte d’entrée de Liège, le carrefour dit du Cadran, sis au-delà de la place Saint-Lambert et conçu comme un nœud en termes de mobilité, fait l’objet de plusieurs projets immobiliers d’ampleur. Et pour cause, serait-on tenté d’écrire, tant les espaces abondent et l’endroit est jugé stratégique. Alors que les compétences de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire viennent d’être dévolues à deux échevins distincts, à savoir respectivement Maggy Yerna (PS) et Jean-Pierre Hupkens (PS), plusieurs de ces projets sont en train d’évoluer.

Il en est ainsi tout d’abord de ceux concernant trois des quatre îlots qui étaient jusqu’il y a peu la propriété de la société I&C des frères Berryer, ces investisseurs liégeois qui viennent de la céder au promoteur Charles Wizen, agissant pour le compte de Belgian Real Estate Group (BREG). Il s’agit des îlots Saint-Martin, Saint-Séverin et Saint-Hubert, le premier étant concerné par un projet mixte (appartements, bureaux et parkings) et le second par la création d’appartements et de rez commerciaux. Quant au troisième, il s’agit d’un projet d’appartements haut de gamme mais rien n’est encore sûr à cet égard concernant les intentions des promoteurs.

Outre ces trois îlots, d’autres sont concernés par des projets immobiliers dont celui dit des Bons Enfants, propriété des frères Berryer, où doit être créé un appart-hôtel. Enfin, last but not least, l’érection d’une tour de huit étages, destinée à abriter environ 10 000 m2 de bureaux et quelques commerces, est également prévue, et ce sur le terrain adossé au mur aveugle de la rue de l’Académie. Le projet, porté par la société Buelens et imaginé par le bureau Art&Build, fait l’objet d’une demande de permis unique qui a été déposée il y a environ un mois.