Mamylac, 25 ans au service du veau

L’entreprise de Malmedy, qui fabrique des poudres de lait, fête ses 25 ans.

Mamylac, 25 ans au service du veau
Bruno Boutsen

C’est dans une usine de taille relativement modeste, sise au sein du zoning industriel de Malmedy, que les Établissements Mamy, du nom d’une nourrisseuse automatique pour veaux, ont trouvé refuge il y a déjà 25 ans. Époque à laquelle le père de l’actuel patron Christian Dohogne (voir photo) a mis sur pied cette dernière, commercialisée depuis lors sous le nom de Mamylac.

Comme l’explique Christian Dohogne, présent depuis 20 ans et patron depuis 2009, c’est d’ailleurs sous cette appellation que la société malmédienne se fait désormais connaître. Son activité essentielle et originelle a donc trait à la fabrication de poudres de lait destinées aux veaux laitiers et viandeux. Une nourriture élaborée avec soin au sein des ateliers de la SA Mamy selon des formules datant du père Dohogne et voulue de très grande qualité. Ainsi que le précise son administrateur-délégué, les autres caractéristiques principales de Mamylac sont une régularité dans la production et la commercialisation, une expérience reconnue dans son domaine et une proximité avec les clients. Lesquels, fidèles selon Christian Dohogne, sont essentiellement des éleveurs ainsi que des grossistes.

Mais pour celui-ci, ce qui fait surtout la spécificité et le succès de sa société, dont tant le chiffre d’affaires que le volume de production ont doublé ces dernières années, c’est le concept d’élevage jugé performant qu’elle promeut. En effet, outre la fabrication d’aliments pour veaux, élaborés à base de poudre de lait écrémé mais aussi de lactosérum, de graisses végétales, de minéraux et de nutriments, l’entreprise de Malmedy conçoit aussi ses propres machines qu’elle commercialise en parallèle. "Avec le suivi technique que nous assurons, il s’agit d’une formule trois en un qui a des avantages économique et technique", souligne Christian Dohogne. Avec un CA de 2,8 millions d’euros, quelque 1000 tonnes produites et environ 100 machines, Mamylac est une réussite et ambitionne désormais de se tourner vers l’exportation.Bruno Boutsen