À Waremme, le PS chute mais reste leader

placeholder
© TONNEAU

Il a dû faire face à la concurrence de deux listes, à savoir Pour Waremme et Waremme alternative.

À Waremme, capitale de la Hesbaye, cela fait plus de cent ans que les socialistes sont au pouvoir.

Comme en 2012 où un cartel d’opposition dénommé Waremme Ensemble s’était formé afin de mettre un terme à son hégémonie, l’enjeu de ce scrutin était donc important.

Et ce d’autant que deux listes concurrentes, outre le PP qui se présentait également, faisait face au PS local, lequel se présentait pour la première fois sous la bannière PS-IC.

À la tête de cette liste , on retrouvait le bourgmestre Jacques Chabot, qui le restera donc, conservant de justesse sa majorité absolue.

Ceci étant dit, avec à peine un peu plus de 50 %, il chute assez lourdement par rapport aux élections de 2012, mais conserve toutefois ses 14 sièges (sur les 25 à pourvoir).

Derrière la liste PS-IC , au sein de laquelle un seul des deux transfuges issus de Waremme Ensemble a été élu, on retrouve dans l’ordre Pour Waremme et Waremme alternative.

À savoir en premier lieu une liste d’inspiration clairement libérale emmenée par Raphaël Dubois, chef de groupe sortant, qui totalise un peu plus de 26 % (7 sièges).

En second lieu, la liste voulue citoyenne et surtout indépendante emmenée par Yves Berger, ancien commandant des pompiers, qui fait une percée remarquée avec un peu plus de 18 % (4 sièges).

Lors de la prochaine législature qui s’annonce, le PS waremmien aura donc fort à faire afin de contrer l’opposition, à moins d’ouvrir sa majorité absolue.

Ce vers quoi ne semble pas s’orienter Jacques Chabot, lequel s’est exprimé ainsi dès hier soir. "On voulait conserver notre majorité absolue et c’est chose faite", s’est-il réjoui. Et de faire référence à une équipe jugée soudée qui entend continuer à travailler durant la législature qui vient. "C’est une majorité qui permettra de travailler à l’aise."

Bruno Boutsen