Chauffage urbain à Herstal : le contrat est signé !

Lucien Demoulin
Chauffage urbain à Herstal : le contrat est signé !

L’objectif est de valoriser l’énergie produite par l’incinération des déchets.

Dans le cadre de la Semaine de la chaleur renouvelable, Jean-Louis Lefebvre, échevin et président d’Urbeo Invest, et Yves Lederer, président de Coriance, ont signé le contrat pour la création du réseau de chaleur urbain de Herstal en présence de Frédéric Daerden, bourgmestre de la Ville de Herstal.

Ce réseau de chauffage urbain va permettre de valoriser une partie de l’énergie produite par l’incinération des déchets à l’usine Intradel-Uvélia sous forme d’export de chaleur.

"Nous sommes très heureux de voir ce dossier important se concrétiser, souligne le bourgmestre Frédéric Daerden. Herstal abritera bientôt le tout premier réseau de chauffage urbain de Wallonie et c’est une bonne nouvelle pour la ville et pour la lutte contre le réchauffement climatique".

Partenariat conclu

Au terme d’un appel d’offres, Urbeo-Invest a en effet choisi Coriance pour la conception, la construction et l’exploitation du réseau de chaleur alimenté. SEPOC est lui chargé d’une mission de bureau d’étude.

Yves Lederer, président de Coriance, se félicite de "ce partenariat qui nous permet de mettre notre savoir-faire au service de Herstal pour créer un réseau de chaleur alimenté à plus de 90 % par la récupération d’énergie sur la valorisation des déchets et ainsi participer au développement de l’économie circulaire sur le territoire ".

Coriance va, maintenant et pendant un an, mener les études permettant de définir le réseau, puis déposer les demandes de permis. Les travaux devraient pouvoir démarrer au printemps 2020 pour une mise en service à la fin de l’année 2021.

"Le projet de réalisation d’un réseau de distribution de chauffage urbain permettra, tout en réduisant les émissions de CO2, d’offrir une chaleur à bon marché aux nombreux consommateurs finaux situés sur son parcours, indique Jean-Louis Lefebvre. La première boucle que nous allons pouvoir réaliser ira notamment jusqu’au site des ACEC, où nous menons un important travail de revalorisation de l’ancien site industriel. Par la suite, l’idée est d’étendre le réseau vers Liège et la Basse-Meuse".

Pour rappel, ce projet représente un investissement total de 12,7 millions d’euros et bénéficie d’un soutien du fonds européen Feder de 5 millions d’euros et de la Wallonie de 6,3 millions d’euros.