Province : une déclaration qui laisse sur sa faim

Illustration picture shows a meeting of the provincial council of Liege concerning Publifin, on Tuesday 28 March 2017. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR
Illustration picture shows a meeting of the provincial council of Liege concerning Publifin, on Tuesday 28 March 2017. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR ©BELGA

Politique La déclaration de politique provinciale fut au centre des discussions de la séance du conseil de ce jeudi.

Il y a peu, le budget 2019 concocté par la nouvelle majorité PS-MR, laquelle s’est succédé à elle-même suite au dernier scrutin électoral, était adopté par le conseil provincial. Et ce sans surprise, majorité contre opposition Écolo-CDH-PTB à la fin du mois dernier, la première mettant notamment en avant "la stabilité financière et politique de la Province de Liège" tandis que la seconde y voyait un goût de - beaucoup - trop peu.

À peine un mois plus tard, c’est non plus le budget mais la déclaration de politique provinciale, soit la feuille de route que s’est assignée le collège PS-MR pour les six prochaines années, qui était donc au centre des discussions. Lesquelles, contrairement à ce qui fut le cas lors de la récente session budgétaire, ont tourné relativement court. Et ce bien que ce jeudi en fin de journée, c’est un document d’environ 60 pages qui a été paraphrasé par le nouveau député provincial-Président socialiste Luc Gillard à la tribune du conseil.

La nécessité d'une vision nouvelle

Avec pour titre "Une Province qui s’engage pour le citoyen" et autour de cinq axes, la déclaration évoque en préambule la nécessité d’une vision nouvelle pour une institution parfois malmenée. La volonté affichée par ce dernier et sa consœur libérale Katty Firquet, vice-présidente du collège, d’expliquer "la pertinence et la légitimité de la Province" et d’améliorer l’efficience de ses services a été soulignée. Tout comme celle de "regagner la confiance en répondant aux attentes", de "gagner en lisibilité" et d’encourager la citoyenneté.

Du côté de l’opposition, on est resté quelque peu sur sa faim, Luc Lejeune (CDH) déplorant la méthode choisie et le fait que le conseil n’a pas eu la primeur de cette déclaration. L’absence de référence, si ce n’est de manière implicite, à l’avenir des Provinces à l’heure où la Région a pris les devants en la matière est également regrettée, tant par le CDH que par Écolo. Les verts (re) parlant comme lors du débat budgétaire de " catalogue d’intentions " et estimant que le sujet relatif au transfert des compétences provinciales vers la Région est éludé.

A noter cependant qu'une motion proposée en dernière minute par la majorité PS-MR et relative précisément à ce dernier objet a été adoptée à l'unanimité par le conseil provincial. Dans ce texte qui a été transmis à la Région, la Province se pose en "partenaire loyal" et en appelle à une concertation avec cette dernière afin de défendre le personnel, de maintenir le service rendu aux citoyens et de préserver l'intérêt des villes et communes.

Bruno Boutsen