Liège : il s’en était pris à la contrôleuse de l’Afsca

Contrôle de l'AFSCA et de l'administration de la commune d'Ixelles dans les restaurants et night-shops autour de la rue Longue-Vie
Contrôle de l'AFSCA et de l'administration de la commune d'Ixelles dans les restaurants et night-shops autour de la rue Longue-Vie ©Alexis Haulot

Le restaurateur a été condamné pour violence au travail par le tribunal correctionnel de Liège.

Un contrôle, qu’il soit fiscal ou de l’Afsca n’est pas toujours gai à vivre… De là à s’emporter et à devenir insultant et violent avec une personne qui ne fait, finalement, que son travail, il y a un pas qu’un restaurateur grec installé à Fléron a allègrement franchi.

Son attitude vient de lui coûter une condamnation devant le tribunal correctionnel de Liège.

En effet, l’homme qui n’exploite plus le restaurant vient d’être condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis et à une peine d’amende de 4 800 euros ou 15 jours d’emprisonnement subsidiaire. Notons que son sursis s’étale sur une période de 3 ans, et ce, si l’intéressé respecte plusieurs conditions dont notamment suivre une formation d’une durée de 50 heures visant à appréhender et régler sa manière de gérer les conflits.

Bousculade

Il faut écrire que le restaurateur avait "un peu" forcé la dose… Les faits se déroulent le 7 juin 2018. Ce jour-là, un contrôle de l’Afsca a lieu dans un établissement géré par le prévenu. La police est en appui. Heureusement d’ailleurs, puisque le ton du commerçant est très vite monté. "Dehors ! Tu ne rentres pas ici ! Si je te croise à Fléron, je te foutrai une tarte, je t’exploserai. Handicapée mentale, blondasse, connasse ! Tu ne connais rien à ton travail, retourne en formation. Dégage ! Je vais te mettre à la porte en t’arrachant les cheveux ! Sors, sors, connasse !"

L’homme s’est alors dirigé vers l’inspectrice et a tenté de la prendre par les cheveux. Il l’a bousculée de façon violente et lui a arraché son sac d’intervention des mains. L’homme s’est ensuite dirigé vers la porte d’entrée de l’établissement et a tenté de jeter le sac hors du restaurant sur le trottoir. Le collègue de la dame a alors récupéré le sac d’intervention de sa collègue.

Le ton est encore un peu monté, le restaurateur s’emportant davantage. "Dehors ! Vous ne contrôlerez rien du tout ici ! Si je vous rencontre en rue je vous éclate ! Je vous explose ! Je vais fermer à cause de vous. Je n’ai pas peur d’aller en prison, j’y ai déjà été !" Comme le furieux était prêt à en arriver aux mains, la police est intervenue pour le calmer.

Poursuite systématique

À l’audience, le prévenu a expliqué s’être énervé parce qu’il avait déjà fait l’objet de plusieurs contrôles. Mais, lorsque l’on lui a lu le P.-V. de la police, il a toutefois minimisé les faits, réfutant avoir dit tant de choses…

Malgré ces dénégations, le juge va finalement condamner l’intéressé.

"Je tiens à souligner que l’Auditorat du travail de Liège a une politique de suites systématiques dans le cadre de faits d’agression des inspecteurs qu’ils soient sociaux, économiques ou qu’ils travaillent à l’Afsca", explique le substitut Pascale Malderez, porte-parole de l’Auditorat du travail de Liège. "Il y a déjà eu d’autres jugements pour des faits similaires, dont certains ont débouché sur des incapacités de travail pour les inspecteurs. Nous avons donc décidé de répondre à ce type de comportement."