FN Herstal : "Qui dirige l’entreprise ?"

La CSC dénonce les pressions exercées par la FGTB

FN Herstal : "qui dirige l’entreprise ?"
©D.R.

La CSC dénonce les pressions exercées par la FGTB

Il y a 2 ans, la proportion de travailleurs (à la FN Herstal), affiliés au syndicat chrétien (CSC), avoisinait les 10 à 15 %. Aujourd’hui, près d’un quart des travailleurs (25 %) sont affiliés à la CSC. La FGTB restant largement majoritaire… mais perdant du terrain.

Est-ce là la source des tensions vécues aujourd’hui à la FN Herstal ? Du côté du syndicat chrétien de Liège, on le suppose évidemment. Ce lundi matin, suite au conflit né entre un délégué CSC et d’autres collègues, dont certains affiliés à la FGTB, et au déplacement dudit délégué, la CSC a décidé de poursuivre, pour 24 heures, le mouvement de grève entamé la semaine dernière. Car la direction semble plier sous la pression imposée par la FGTB doit-on comprendre…

C’est dans les ateliers de montage que ce conflit a débuté. Le travailleur, délégué CSC, aurait eu une altercation avec d’autres collègues et, ses propos ayant été jugés menaçants, le 12 février dernier, 300 ouvriers de la FGTB débrayaient se sentant en insécurité en raison du maintien de la présence, au sein même de l’atelier montage, du travailleur incriminé.

Le travailleur devait rester dans ces ateliers "mais suite à la pression de l’autre organisation syndicale, la direction a décidé d’interdire l’accès de notre délégué aux ateliers", explique Béatrice Louviaux, permanente CSC. "Or ce travailleur travaille à mi-temps aux ateliers mais effectue aussi, dans ces ateliers, son mi-temps de délégué. Il y a donc clairement une entrave à la liberté syndicale", estimte la permanente.

Le reproche est aujourd’hui très clair : "En tant qu’organisation syndicale, nous devons garantir la protection de l’emploi et ceci est une entrave à notre travail"… Une entrave qu’imposerait la FGTB en l’occurrence. Et de s’interroger sur l’attitude adoptée par la direction. "Ici, à la FN, qui dirige l’entreprise ?". Pour la CSC, poser la question, c’est y répondre.

Ce mardi, une nouvelle assemblée générale sera organisée en matinée. Le mouvement pourrait logiquement se poursuivre. D’ici là, les grilles resteront fermées.