Objectif autonomisation pour la Ville de Huy

Et ce dans son partenariat vieux de 32 ans avec la commune béninoise de Natitingou.

Objectif autonomisation pour la Ville de Huy
©bb

Et ce dans son partenariat vieux de 32 ans avec la commune béninoise de Natitingou. Cela fait 32 ans que la Ville de Huy a développé un partenariat avec la commune béninoise de Natitingou. À ce titre, la cité mosane était d’ailleurs la première des treize villes belges à être jumelée avec une commune béninoise. C’est ainsi que depuis lors, des actions concrètes ont été mises sur pied dans ce cadre avec cette commune comptant environ 100 000 habitants et située dans le département de l’Atacora.

En 2002, un premier coup d’accélérateur est donné alors qu’ont lieu sur place les premières élections au suffrage universel au niveau des communes. Depuis lors et avec le soutien du Programme de coopération internationale communale (PCIC), financé par la Coopération belge au développement, la Ville de Huy a accompagné sa commune jumelle. Et ce tant dans son évolution que dans son organisation interne.

Depuis 2007, au travers de programmes pluriannuels, des actions sont entreprises dans les domaines de l’État civil, de la cartographie et de la fiscalité. Pour la période 2017-2021, le PCIC mobilise au total huit millions d’euros dont 2,5 millions d’euros rien que pour les communes du Bénin. Via ce dernier, il s’agit comme expliqué par les autorités communales hutoises de lutter contre la pauvreté. Laquelle s’envisage sous l’angle du renforcement des capacités des institutions locales à se prendre en charge et de l’autonomisation des communes partenaires, en matière de décentralisation…

Deux missions récentes

C’est d’ailleurs ce qui est mis en avant par l’échevin en charge Eric Dosogne (PS) et par le directeur général adjoint Philippe Draize à l’issue de deux missions récentes. La première ayant eu lieu à la fin de l’été à Natitingou et la seconde il y a peu à Cotonou. Il en ressort selon ces derniers plusieurs avancées en matière de gestion des registres de la population (via un logiciel élaboré au départ de Huy) ainsi que de maîtrise de la cartographie de l’assiette fiscale (les recettes ayant été augmentées). Du neuf se profile aussi au sujet de la Maison de Huy devenue Maison TV5 en 2004 et financée à hauteur de 15 000 euros par an puisqu’une nouvelle convention a été adoptée par le conseil communal.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...