Le cœur du premier bourgmestre Pierre David est bien dans le coffret découvert

Un mystère révélé grâce à l’expertise du CHU et de l’Université de Liège.

Le cœur du premier bourgmestre Pierre David est bien dans le coffret découvert

Fin août, le coffret contenant - selon la légende - le cœur du premier bourgmestre verviétois, Pierre David, était découvert au sein même de la fontaine éponyme située place Verte à Verviers. Une découverte déroulée dans le cadre du chantier de rénovation urbaine "Verviers, ville conviviale". Si de nombreuses traces historiques font état de la présence d’un coffret caché au sein même de la fontaine David, le mystère restait entier quant à savoir s’il contenait bien le cœur du maïeur.

Examen aux rayons X

Curieux, et s’interdisant de l’ouvrir, le Musée de Verviers a accepté l’invitation du professeur Jacques Boniver et du professeur Patrick Hoffsummer. L’équipe s’est ainsi rendue le 12 octobre au Sart Tilman pour faire passer une batterie d’examens au mystérieux coffret.

L’équipe du physicien et professeur David Strivay (ULiège) a d’abord analysé les composants de la boîte métallique afin de s’assurer que celle-ci ne contient pas de plomb pour pouvoir ensuite être scanné aux rayons X au CHU de Liège par l’équipe du professeur Philippe Coucke. Et quelle surprise lorsqu’ils ont découvert en images… la présence du cœur de Pierre David ! La légende disait donc vrai. "Le scanner permet d’obtenir des images en coupes qui offrent une reconstruction en 3D du cœur, explique le professeur Coucke. Il est comme cuivré, et a gardé son volume."

Une découverte qui réjouit l’échevin de la Culture Jean-François Chefneux : "On restait sur notre faim depuis la découverte du coffret. Maintenant, on sait ce qu’il contient. L’idée est qu’il retrouve sa place, au cœur même de la fontaine, à l’issue des travaux, dans le cadre d’une cérémonie." En attendant, le coffret est toujours exposé au premier étage du Musée des beaux-arts, rue Renier.

Pierre David est le premier bourgmestre de Verviers après la révolution de 1830 et l’avènement de la Belgique. Il fait placer l’inscription "Publicité, sauvegarde du peuple" sur le fronton de l’hôtel de ville. Il est décédé accidentellement en 1839, à 68 ans.

En accord avec la famille, le 7 juillet 1839, le cœur du défunt est prélevé de sa dépouille par les soins de chirurgiens pour être embaumé dans de l’esprit-de-vin, avant de trouver place dans le coffret… qui sera placé le 25 juin 1883, soit 44 ans plus tard, dans la fontaine.