Liège aide les victimes de violences intrafamiliales

Une mise à disposition gratuite de bâtiments jusqu’en 2045 a été votée par le conseil.

Violence conjugale
©Coralie Cardon

On le sait, la problématique des violences intrafamiliales est tapie dans toutes les couches de notre société et, malheureusement, la situation de crise sanitaire et de confinement n’a fait que gonfler des chiffres déjà incomplets.

Au regard de cette réalité, lors du dernier conseil communal de Liège, les élus ont décidé d’acter une aide matérielle qui devrait participer à l’aide aux victimes de violences familiales : Liège va mettre gratuitement à disposition des bâtiments destinés à héberger les activités du Collectif liégeois contre les violences familiales et l’exclusion (CVFE). "Une partie des locaux va faire l’objet d’importants travaux afin de répondre aux normes de sécurité et de confort indispensables à un accueil digne des personnes en situation de violences familiales", expliquent les autorités ce vendredi. "La Ville prendra également à sa charge les frais d’énergie ainsi que les frais liés à la téléphonie et à la modernisation de la ligne d’appel d’urgence de l’association."

Pour rappel, le CVFE est, depuis 2002, un partenaire important du réseau VIF (Violences Intrafamiliales) initié par le Plan de prévention de la Ville de Liège et réunissant des professionnels des milieux associatif, policier, judiciaire et institutionnel.

L’objectif de ce réseau est de réfléchir à une vision multidisciplinaire de la problématique et d’y apporter, sur base des expertises de chacun des membres, une collaboration pour aider et encadrer les victimes. "C’est dans ce cadre que le CVFE est un partenaire essentiel du comité d’accompagnement pour la sécurisation et la prise en charge des personnes victimes de harcèlement grave de la part de leur ex-partenaire."

En outre, on précise encore que "contact est pris avec le parquet afin que sur base de la circulaire ministérielle du 29 mai 2019 qui fait actuellement l’objet d’un projet pilote à Gand, Liège puisse disposer prochainement d’une "Alarme mobile harcèlement" reliée directement à la zone de police". Précisons enfin qu’avec la crise, Liège a développé une campagne de prise en charge des victimes de violence durant le confinement et lancé un projet en Fédération Wallonie-Bruxelles.