Le Standard de Liège a son permis

Stade Celui-ci a été accordé ce mercredi par le ministre de l’Économie Willy Borsus.

Le Standard de Liège a son permis

Introduit il y a plusieurs mois, le dossier de rénovation et d’extension du stade Maurice Dufrasne de Sclessin où évolue le Standard de Liège vient enfin de connaître une issue favorable.

En effet, ce mercredi, le ministre wallon de l’Économie, Willy Borsus, a signé l’octroi du permis demandé par la direction du club. Ce projet porte sur l’augmentation de la capacité d’accueil pour passer à 32 126 places dans le stade (anciennement 28 700), ainsi que sur l’intégration d’un ensemble commercial, d’activités de loisirs, de bureaux ou encore d’une crèche en son sein. Cette signature met fin à une saga remplie de demandes et de tout autant de recours qui, au final, n’ont donc pas abouti.

Plus précisément, le permis intègre différents éléments tels que le rehaussement de la tribune T2 et la fermeture des angles qu’elle forme avec les tribunes T3 et T4, l’aménagement d’une esplanade d’accueil pour les supporters avant et après les matchs, qui va également permettre d’améliorer la répartition des flux autour du stade et de multiplier les entrées dans celui-ci et les sorties.

Également au programme : la construction de trois immeubles mixtes, totalisant une superficie de 14 327 m², destinés principalement à des fonctions de bureaux, de crèche (473 m²), de salle de fitness (916 m²) et de brasserie (1 795 m²).

L’aménagement d’un parking de 500 places du côté de la tribune T1 sous l’esplanade (parking A) et d’un parking de 268 places du côté de la tribune T2 (parking B) est également prévu.

Il est en outre question d’augmenter la capacité du parking existant rue Ernest Solvay, de 33 à 600 places, en lieu et place des anciens dépôts Ardoises&Matériaux.

Au niveau de la mobilité, le permis prévoit le réaménagement de l’échangeur routier en séparant les différents types de circulation (piétons, vélos, automobiles, bus…).

Il est également prévu de séparer les flux automobile et piéton pour réduire la charge de travail de la police les jours de matchs. Et la réalisation d’une traversée cyclo-piétonne du pont d’Ougrée à la place d’une bande de circulation pour améliorer la sécurité de la traversée.

Notons que ce projet va contribuer à revaloriser ce quartier avec un aménagement qualitatif de l’espace public en s’intégrant dans le projet de réaménagement initié par le projet du tram à Liège.

"Cet investissement est un projet de qualité mêlant habilement opportunités sportives, commerciales et sociétales. Il intègre par ailleurs les enjeux de mobilité, ainsi que les différentes formes de déplacement", conclut Willy Borsus.

Jean-Michel Crespin