La commune de Limbourg évacue à nouveau la population : "Nous ne désirons pas réveiller les gens et prendre une décision en urgence"

Cette décision prise mercredi 14 juillet par la bourgmestre de Limbourg, Valérie Dejardin, d’évacuer tout le centre de Dolhain, situé le long de la Vesdre, fut la bonne… Dans le centre de l’entité, en effet, on dénombre aujourd’hui quelque 1 200 habitations sinistrées.

La commune de Limbourg évacue à nouveau la population : "Nous ne désirons pas réveiller les gens et prendre une décision en urgence"
©Belga

Comme ailleurs dans la vallée de la Vesdre, l’eau est montée comme jamais auparavant (3,70 m) dans la nuit de mercredi 14 à jeudi 15 juillet. Mais les habitants avaient fui, préventivement.

Cette politique de prévention a bel et bien payé puisqu’on ne compte aujourd’hui aucune victime dans la commune de Limbourg. Raison pour laquelle la prévention sera à nouveau de mise ce week-end. Comme nous le précise Denis Martin, directeur général de la commune, "de nouvelles précipitations sont annoncées mais on ne sait pas nous dire si elles seront problématiques. De notre côté, nous ne désirons pas réveiller les gens et prendre une décision en urgence… Et, vu qu’il n’y a déjà plus grand monde dans le centre de Dolhain et de Goé, nous demandons aux habitants de ne pas être présents de samedi midi à dimanche midi". Préventivement donc…

Un centre dévasté, zéro victime

Mercredi dernier, la bourgmestre Valérie Dejardin recevait ce message de la gouverneure faisant fonction, relativement à la montée des eaux sur la Vesdre… Une évacuation était requise par le protocole

"Il y avait d’ailleurs une cartographie des rues", poursuit le directeur général de Limbourg, "mais, sur base de notre connaissance du terrain, nous avons décidé d’élargir ce périmètre d’évacuation. Nous avons aussi pris cette décision par la suite en constatant que l’eau continuait de monter." Le centre de crise annonçait lâcher 55 m3 d’eau par seconde au barrage d’Eupen. Il semble au final que 180 m3 par seconde aient été lâchés.

L’ordre d’évacuation du centre fut quant à lui donné sur le coup de 19 h 30… Des véhicules munis de haut-parleurs ont circulé dans les rues afin d’avertir la population. "Et nous étions aussi en contact direct avec l’usine Corman, qui est aussi située en amont de Dolhain, pour avoir des informations sur l’évolution de la situation."

À 23 heures mercredi dernier, une gigantesque vague a submergé le centre-ville de la petite entité où plus de 1 000 habitations sont aujourd’hui sinistrées ; le pont a littéralement explosé et une quinzaine d’habitations se sont effondrées.