Après ces inondations historiques, l’horizon embrumé des sinistrés de Trooz : vont-ils déserter les lieux ?

Des trottoirs éventrés, des maisons ravagées, des fenêtres brisées, des arbres arrachés, des rues jonchées de débris. Des odeurs d’immondices mêlées aux vapeurs de mazout. Le vacarme des pelleteuses qui déblaient les rues, des groupes électrogènes et des pompes qui vident les caves. La désolation.