Trois semaines après les inondations, Cynthia et Marcel vivent sous une tente le long d'un chemin de fer à Pepinster: "Nous ne sommes plus en sécurité ici"

C'est toujours la misère à Pepinster et ses environs, trois semaines après les inondations catastrophiques.

Trois semaines après les inondations, Cynthia et Marcel vivent sous une tente le long d'un chemin de fer à Pepinster: "Nous ne sommes plus en sécurité ici"
©AFP

Trois semaines après les inondations dramatiques qui ont touché Pepinster, certains survivants obtiennent enfin de l'aide. En revanche pour Cynthia et Marcel, tous deux âgés de 46 ans, il n'y a pas encore de solution. Depuis la catastrophe, ils vivent dans des tentes le long d'un chemin de fer, près de la gare de Pepinster. "Chaque jour, je pleure toute la journée. Mais je peux être heureuse d'être encore en vie", raconte Cynthia à Het Nieuwsblad.

Cynthia, qui a perdu une de ses jambes à la suite d’un accident, a été sauvée par un agent de sécurité puis a rejoint son mari, Marcel, dans un centre d’urgence. Elle se souvient des événements qui ont notamment ravagé Pepinster: "Je suis tombée à l’eau puis j’ai été traînée sur plusieurs mètres. J’ai cru que j’allais mourir."

Depuis les inondations, le couple n’ose plus retourner chez lui et ne veut recevoir d’aide de personne. "Nous ne sommes plus en sécurité ici", commente Cynthia. "Puis, j’ai trop honte pour demander de l’aide. J’ai refusé l’offre de connaissances qui m'ont proposé l’hospitalité. Ces gens ont aussi souffert et je ne veux pas être un fardeau pour eux."

Régulièrement, des voisins et des bénévoles leur apportent tout de même de la nourriture, à boire ou encore des cigarettes.