Centre d’accueil à Glons : pas avant la mi-décembre

Bassenge Des travaux vont y être entrepris ce qui retardera l’ouverture de six semaines.

Centre d’accueil à Glons : pas avant la mi-décembre

Ce n’est pas la saga de l’été, mais celle de l’automne… dont la commune de Bassenge se serait d’ailleurs volontiers passée. En effet fin octobre, les autorités communales ont appris, lors d’un simple coup de fil, que le gouvernement fédéral avait décidé de créer un centre ouvert d’accueil de migrants sur l’ancien site militaire du radar de Glons, avec l’arrivée, quelques jours plus tard, de 200 demandeurs d’asile, 200 autres devant suivre dans les prochaines semaines.

Surprises, les autorités communales n’ont pu que regretter cette manière d’agir tout en organisant une riposte qui n’a finalement pas pour but de refuser ce centre, mais plutôt de permettre un accueil des réfugiés en toute sécurité ce qui, ne semble pas être le cas. C’est tellement vrai que les 200 premiers demandeurs d’asile ne sont pas encore arrivés et que cela ne sera sans doute pas le cas avant six semaines.

Explications. vendredi dernier, le collège communal a rencontré des représentants de l’agence Fedasil.

Le collège communal y a dénoncé le fait que l'ancien site militaire de Glons, composé principalement de bureaux jusqu'alors, n'était visé à ce stade par aucune attestation de sécurité incendie. Sans celle-ci, la bourgmestre Valérie Hiance, en charge de la sécurité publique, ne voulait pas permettre l'ouverture "tant qu'un avis positif des services d'incendie ne sera pas rendu ainsi qu'un protocole reprenant les mesures sanitaires Covid 19 soit garanti et mis en application sur le site."

Or, il y a quelques jours, les services "incendie" de la Zone de Liège se sont rendus sur le site. Les pompiers ont alors dressé un rapport défavorable quant à une ouverture prochaine. En effet, les bâtiments destinés à l’accueil des personnes en situation d’urgence ne remplissent absolument pas les conditions minimales en matière de sécurité.

Du coup, à la suite de cet avis négatif, le gouvernement fédéral a décidé de réaliser de nouveaux investissements sur le site afin de pouvoir répondre aux normes imposées par les pompiers. Ces travaux prendront du temps et le centre d’accueil ne pourra dès lors pas ouvrir avant la mi-décembre.

Lors de la visite, FEDASIL a indiqué que le centre d’accueil, après travaux, ne pourrait accueillir les 400 personnes annoncées. Au maximum, 270-300 personnes en situation d’urgence pourront transiter par Glons, au même moment.

En tout état de cause, le Collège communal s’opposera à l’ouverture du centre d’accueil tant que les conditions requises tant en matière de sécurité que de santé publiques ne sont pas remplies. Entre-temps, le Collège invite FEDASIL et le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration à entamer une réelle concertation et collaboration avec la Commune.