Pourquoi des enseignants de la Haute École de la Province de Liège ont fait grève

En cause : “Une gestion peu transparente de la part de l’employeur, un carcan budgétaire étriqué alloué par la Fédération Wallonie Bruxelles, un défaut d’infrastructures adaptées et l’austérité budgétaire imposée à la Province de Liège".

Pourquoi des enseignants de la Haute École de la Province de Liège ont fait grève
©ABD

Ce vendredi, les enseignants de la Haute École de la Province de Liège affiliés à la CGSP-Enseignement ont fait grève.

"Les difficultés s'accumulent à la Haute École de la Province de Liège", explique ainsi Philippe Naime, le secrétaire du sous-secteur Province, CGSP Liège Enseignement.

“Une gestion peu transparente de la part de l’employeur, un carcan budgétaire étriqué alloué par la Fédération Wallonie Bruxelles, un défaut d’infrastructures adaptées et l’austérité budgétaire imposée à la Province de Liège mettent ainsi en péril l’encadrement pédagogique des étudiants”.

Selon Philippe Naime, la situation est particulièrement préoccupante sur le site du quai du Barbou et du quai Godefroid Kurth. "Le cadre enseignant y reste beaucoup trop faible en comparaison de l'accroissement important et constant de la population étudiante. S'ajoutent les tâches administratives nouvelles, toujours plus nombreuses et complexes qui tendent à diluer les moyens dédiés à la qualité pédagogique des cursus. Il est évident que les moyens qui auraient dû être employés pour favoriser le travail devant la classe ne sont pas arrivés à destination. À ce sujet, l'autorité de la Haute école communique de manière tardive et sommaire sur ses choix concernant l'allocation des ressources à sa disposition".

Toujours selon la CGSP, le déficit d'enseignants dans les cursus de kinésithérapie et d'ergothérapie est évident. "Ce grave sous-effectif conduit inévitablement à une surcharge de travail. La crise du Covid n'a fait que mettre un coup de projecteur sur la fragilité du Département. Comment encadrer chaque étudiant dans ces conditions ? Comment organiser les apprentissages pour que tous puissent réussir ?".

“En outre, les bâtiments et les locaux ne sont plus adaptés. Ils sont devenus exigus et provoquent une surpopulation dans les classes. Les solutions mises en œuvre par l’administration sont problématiques : 8 sites différents accueillent aujourd’hui les étudiants, contraints à de laborieux déplacements. Et comme dans beaucoup d’écoles, le chauffage tombe régulièrement en panne faute de moyens pour le réparer durablement. Les inondations de nos vallées ont détruit l’“ annexe” du quai du Barbou, mettant au jour des infrastructures insuffisantes et aggravant les difficultés organisationnelles. Le matériel est manquant ou obsolète”.

La CGSP-Enseignement liste 4 revendications à l’attention de la Province de Liège.

Celle-ci doit apporter un renfort d'au moins 4 enseignants à temps plein au sein du Département en souffrance pour couvrir le 2e quadrimestre. "Cet effort devra être maintenu les prochaines années jusqu'à ce que les conditions de travail soient acceptables. Elle doit également garantir la transparence concernant la répartition des charges de travail au sein de la HEPL. Ensuite, nous sollicitons notre hiérarchie pour réclamer avec fermeté auprès des ministres Glatigny (en charge de l'enseignement supérieur) et Daerden (en charge du budget) la sortie du carcan budgétaire consacré à l'enseignement Supérieur. Pour terminer, nous insistons sur la nécessité d'un enseignement de qualité et nous l'engageons à augmenter son budget enseignement et refuser l'austérité".

De son côté, le Collège de Direction de la Haute Ecole de la Province de Liège a pris du mouvement de grève au sein du Département des sciences de la motricité. Il tient à rappeler que, malgré un contexte budgétaire difficile (lié à l’enveloppe fermée et à l’augmentation des coûts), de nombreux engagements ont été réalisés ces dernières années et tout particulièrement encore cette année (ainsi, près de 50% des enseignants engagés cette année à la HEPL fonctionnent au sein du Département concerné). Au cours des trois dernières années, le volume proportionnel des engagements dans ce Département a été largement supérieur à l’augmentation de la population estudiantine.

Le Collège de Direction a tenu à rappeler aux représentants du personnel, lors de la réunion de concertation de ce mercredi 15 décembre, le caractère conjoncturel de la situation (dont les baisses de population en 1° année et les augmentations dans les années suivantes). Il a également tenu à rappeler ce qui avait été réalisé et ce qui est prévu pour l’organisation future des cours en matière de personnels, d’infrastructures et de matériels. En ce qui concerne la gestion de la HEPL, il doit être précisé qu’elle se veut particulièrement respectueuse de la réglementation. Ainsi, toutes les informations (relatives au budget, à la gestion du personnel...) ont été présentées et approuvées fin novembre lors des réunions de la Commission paritaire locale et de l’Organe de gestion (où, en plus des représentants du personnel, siège également le Commissaire du Gouvernement).

Enfin, le Collège de Direction tient à confirmer sa totale disponibilité à poursuivre sereinement la concertation, conformément au calendrier arrêté avec les représentants du personnel.