Des citoyens à pied ou à vélo pour tester la qualité de l’air à Liège

Dès lundi, et durant toute la semaine, ils parcourront deux boucles à différentes heures de la journée.

J. Def.
Des citoyens à pied ou à vélo pour tester la qualité de l’air à Liège
©TONNEAU

Dès le lundi 21 mars, des citoyens circuleront dans des rues de Liège afin de mesurer la qualité de l’air. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un projet de science citoyenne, nommé Particul’air, lancé en 2021. Un projet initié par Inter-Environnement Wallonie en collaboration avec l'ISSeP (Institut Scientifique de Service Public).

Une première phase a consisté à placer des capteurs à la fenêtre des habitations d’une douzaine de participants afin d’analyser l’incidence de la circulation (automobiles, piétons, vélos et camions) sur la concentration de particules ultrafines dans l’air.

Il s’agit désormais de mener la deuxième phase, qui débutera lundi prochain. Pour ce faire, Inter-Environnement Wallonie avait lancé un appel à des volontaires sensibles à la qualité de l’air qu’ils respirent en se déplaçant dans la ville. Une quarantaine de personnes se sont manifestées et parcourront la ville, à pied ou à vélo, munies d’appareils de mesure de carbone noir et de particules fines et ultrafines.

"Il y a très peu de données en la matière mais on sait que plus une particule est fine et plus son impact sur la santé peut être important, tant sur le système sanguin que sur les différents organes du corps", souligne Méline Charlier, chargée de mission mobilité chez Inter-Environnement Wallonie.

Deux boucles de 6 à 7 km ont été définies, l’une passant par la place du XX août et le quartier des Guillemins tandis que l’autre emmène sur l’autre rive de la Meuse, côté Médiacité. Durant toute la semaine, au départ d’un point unique dans le parc d'Avroy, ces citoyens effectueront ces boucles à différentes heures de la journée.

L’appel aux volontaires reste ouvert, sur le site Internet d'Inter-Environnement Wallonie, sachant que l’initiative sera renouvelée en avril, plus particulièrement en voiture.

L’objectif de ce mesurage est de déterminer les concentrations en carbone noir, particules fines et ultrafines dans l’air afin d’établir des comparaisons et porter des recommandations.