Une commission de vigilance pour Alain Mathot

Politique Le bureau exécutif, réuni ce vendredi soir, a convoqué une commission de vigilance…

Une commission de vigilance pour Alain Mathot
©BELGA

Il y a tout juste une semaine, le verdict tombait au procès en appel d’Alain Mathot. Un verdict lourd pour l’ancien député PS et bourgmestre de Seraing puisque, s’il avait été blanchi des principaux chefs d’accusation en première instance, il a, ce 11 mars, été condamné à 12 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité (notamment) pour faits de corruption dans le cadre de l’attribution du marché de l’incinérateur Uvelia.

Le sort politique de l’ex-homme fort du PS liégeois semblait donc fixé. Les instances n’ont d’ailleurs pas traîné. Ce vendredi soir, le cas d’Alain Mathot au sein du PS était évoqué lors du bureau exécutif du PS liégeois, qui a décidé de convoquer une commission de vigilance pour le mardi 29 mars… date à laquelle on saura si oui ou non, Alain Mathot se pourvoit en cassation. Une exclusion du PS reste pressentie… même si en coulisses, les avis (socialistes) divergent.

"Affaiblir le PS liég eois"

En effet, si le président du parti Paul Magnette a clairement indiqué qu'une exclusion du PS s'imposait (comme Frédéric Daerden), des voix s'élèvent déjà au sein du PS liégeois où l'on craint que le "cas Mathot" soit une nouvelle opportunité " d'affaiblir le PS liégeois".

On le sait en effet, depuis l'affaire Publifin, le PS a décidé d'en finir avec les "casse roles" et certains décideurs liégeois en ont déjà fait les frais. "Mais ici, s'il y a un recours en cassation et il est suspensif", indiquait ce socialiste liégeois, "parler d'exclusion serait donc prématuré. Car il y a des procédures à respecter". Pour ce dernier c'est clair : "dès qu'on franchit le méridien liégeois, le parti est plus intransigeant"… Entre sanctions et règlements de comptes, il n'y aurait qu'un pas…