Environ 2.500 manifestants devant Tihange pour protester contre la hausse des prix de l'énergie

La FGTB organisait jeudi matin une grande manifestation devant la centrale nucléaire de Tihange pour réclamer des solutions face à l'augmentation des coûts de l'énergie.

Environ 2.500 manifestants devant Tihange pour protester contre la hausse des prix de l'énergie
©BELGA

Une action en prélude à la grève générale pour le pouvoir d'achat et le déblocage des salaires qui est prévue le 9 novembre prochain. Le rassemblement a rencontré un franc succès puisque 2.500 personnes, environ, y ont pris part, a estimé le syndicat auprès de l'agence Belga. Des problèmes de circulation ont d'ailleurs été constatés.

Les premiers manifestants se sont rassemblés aux alentours de 9h30. Puis les représentants syndicaux ont pris la parole peu après 10h00 pour dénoncer les mesures "insuffisantes" prises récemment par le gouvernement: "Ce ne sont pas des petites aides qui vont permettre à la population de s'en sortir, il faut un blocage des prix", a notamment clamé Minervina Bayon, secrétaire régionale de la FGTB. "La lutte pour nos salaires et notre pouvoir d'achat est plus vitale que jamais. Nos factures de gaz et d'électricité pèsent autant qu'un loyer ou un emprunt pour une habitation."

Dans le viseur de la FGTB également: les taxes sur les profits, "qui concernent trop peu d'entreprises", une nouvelle réforme fiscale "juste et qui fait payer ceux qui ont les moyens" ainsi qu'un impôt sur la fortune et le capital.

Le syndicat a également une nouvelle fois réclamé la révision de la loi de 1996 et le contrôle sur des secteurs spécifiques de l'économie, comme l'énergie.

"C'est une mobilisation importante, je suis vraiment heureux de voir qu'il y a autant de monde", a commenté de son côté Thierry Bodson, président de la FGTB. "Les patrons ont leur part de responsabilité. De nombreux secteurs ont des moyens, si on pouvait y négocier des augmentations salariales, on règlerait les problèmes d'une majorité de la population et on pourrait se concentrer sur les personnes qui ne bénéficient pas d'une augmentation salariale".

Les manifestants se sont dispersés aux alentours de 11h. D'autres rassemblements ont eu lieu à Namur, dans le Hainaut ainsi qu'à Bruxelles et en Flandre.