Crise énergétique: des citoyens inquiets au conseil communal de Flémalle

Une motion, portée par l'ensemble des groupes politiques, a été votée.

Jessica Defgnée
Crise énergétique: des citoyens inquiets au conseil communal de Flémalle
©J. DEF.

Même s'ils n'étaient pas bien nombreux, alors qu'ils sont certains que beaucoup d'autres ménages sont dans le même cas..., ils sont néanmoins satisfaits d'avoir délivré leur message aux élus locaux! Eux, ce sont ces quelques Flémallois qui se sont rendus ce lundi au conseil communal de Flémalle, dans une sorte de cortège funèbre destiné à exprimer leur désarroi face à leurs factures d’électricité et de gaz qui explosent. Une action qu'ils sont trois à avoir mis sur pied après avoir questionné des gens autour d'eux et constaté que la détresse était la même...

Une citoyenne s'est exprimée en leur nom, mais aussi pour l'ensemble de la population, afin de demander aux élus flémallois d'être leur relais vers le gouvernement fédéral pour réclamer le plafonnement des prix de l'énergie et la mise en place de solutions pérennes. "Nous étouffons… La nervosité, l'anxiété ne nous quittent plus... La crise énergétique nous mange de l'intérieur, vide notre épargne et provoque un bain de sang social encore plus important que la crise sanitaire que nous venons de vivre", a-t-elle lancé. "Les petits commerces ferment tour à tour et parmi les victimes, nous venons d'apprendre que Taillard, boulanger bien connu de notre commune, met la clé sous le paillasson lui aussi. Ces fermetures à répétition provoquent des pertes d'emplois. Des familles se retrouvent en détresse financière et sociale".

Et d'épingler le fait que "même des familles avec deux salaires ont toutes les peines du monde à nouer les deux bouts"! "Statbel vient de sortir des chiffres : sur un budget de 2 400 €, 28 % sont consacrés au remboursement de l'emprunt ou paiement du loyer, 22 % aux transports et 28 % pour le poste énergies. Soit un bon de 18 % en deux ans ! Sur base de ce constat chiffré, il reste donc 525 € pour se nourrir, se soigner, soigner ses animaux et se divertir. Mais que fait-on alors si on se retrouve confronté à une situation inattendue, voire dramatique ?"

Clairement, ces citoyens sont inquiets pour l'avenir et, tout en relevant qu'en "2015 déjà, des experts avaient annoncé cette crise énergétique", ils réclament une réaction rapide en vue du plafonnement des prix. La bourgmestre de Flémalle, Isabelle Simonis, a exprimé son souhait de voir la Région suivre l'initiative de la ville de Liège ayant décidé d'élargir le champ d'intervention de son CPAS dans les factures énergétiques, et donc ainsi étendre le spectre donnant accès au tarif social. "A ce stade, 173 ménages ont poussé la porte du CPAS et ont bénéficié d'une aide en matière de chauffage. Sachant qu'ils sont sans doute bien plus à pouvoir en bénéficier, nous ne pouvons que les encourager à faire de même", a-t-elle indiqué.

Après avoir entendu Laurent Léonard, chef de groupe PS au conseil communal de Flémalle mais aussi député wallon, qui a rappelé les mesures mises en place, le conseil a voté une motion relative à la crise énergétique. Motion déposée au départ par le groupe PTB qui a été retravaillée par Laurent Léonard, maîtrisant bien la matière, afin qu'elle soit acceptée par l'ensemble des groupes représentés au conseil communal de Flémalle (PS, PTB, Ecolo, IC et MR). Cette motion a donc finalement été votée à l'unanimité. A travers celle-ci, le conseil communal de Flémalle demande au gouvernement fédéral, d'une part, de plaider pour la mise en place d’un blocage des prix de l'énergie et, d'autre part, de taxer les surprofits de l’ensemble du secteur énergétique.

Ces citoyens flémallois espèrent non seulement être entendus mais aussi que leur action et cette motion votée fassent des petits...