Luc Partoune, directeur de Liège Airport, évoque les grands enjeux de mobilité qui se profilent.

La nouvelle n’est pas passée inaperçue, fin 2018, lorsque le géant chinois de l’E-commerce Alibaba, concurrent direct d’Amazon, a fait savoir qu’il comptait s’installer en Belgique - et pas aux Pays-Bas. Fierté nationale et politique donc, les autorités tant fédérales que régionales se félicitant de cette bonne nouvelle pour l’économie.

En région liégeoise toutefois, les réactions furent plus mitigées, car si le mastodonte chinois représente en effet une masse d’emplois nouveaux, d’aucuns craignent que cette arrivée ne génère autant de nuisances que l’entreprise n’engrange de bénéfices. Sans compter sur ceux qui tirent la sonnette d’alarme quant à la concurrence imperceptible et omniprésente que représente l’E-commerce face au commerce traditionnel… voire aux circuits courts ?

Ce vendredi, Luc Partoune, directeur de Liège Airport, s’est exprimé publiquement sur les changements que devrait engendrer l’arrivée du mastodonte chinois, "qui sera présent concrètement dans 3 ans", nous confie-t-il.

Parmi les principaux défis, il y a la mobilité bien sûr. "Il est clair que c’est l’un des enjeux majeurs, avec le trafic camion notamment, explique Luc Partoune. Pour l’instant, nous sommes à 400 à 500 camions par jour autour de l’aéroport et on devrait atteindre 2 000 camions par jour. Le danger de saturation, à Loncin notamment, est donc bien présent."

Le directeur de l’aéroport n’ignore pas l’actualité liée au Plan urbain de mobilité (à valider pour le 21 février). Il l’affirme dès lors : "la liaison CHB serait très favorable", tout comme une nouvelle liaison reliant l’aéroport à l’E 40. Autre enjeu évoqué : celui de la mobilité "dans" le site qui pourrait être améliorée, un souci étant que "chaque employé représente aujourd’hui une place de parking". La complémentarité avec les transports en commun est plus que souhaitable, plaide-t-il.

Mais pour Luc Partoune, l’arrivée d’Alibaba est aussi et avant tout la plus importante nouvelle que l’aéroport de Liège ait connue depuis sa création. "Plus importante que TNT en effet car cette entreprise est encore plus globale, c’est une nouvelle manière de consommer. L’intérêt est de s’inscrire dans cette nouvelle dynamique." Pourvoyeuse d’emplois donc puisqu’on parle de 900 emplois directs créés ; "et des emplois de qualité, ce qui représente aussi un défi car il faudra de la main-d’œuvre qualifiée". Dans le domaine de l’IT notamment.

Quant à la controverse opposant E-commerce et circuit court, Luc Partoune évoque un "combat un peu vain", préférant parler de complémentarité. Le débat reste plus que jamais ouvert...

Ruée internationale (et chinoise) vers Liège

"Au départ, tout le monde riait de cet aéroport, se souvient le directeur, à part André Cools qui était le visionnaire. Puis il y a eu cette option du fret qui a été privilégiée et, grâce notamment à un consensus politique avec Ecolo, qui fut l’une des forces du projet, on peut clairement dire que le pari est réussi." Aujourd’hui, Luc Partoune se félicite du rôle majeur que l’aéroport de Bierset joue dans le grand Liège. "Il participe clairement à l’internationalisation de la région." En un an, avec les nouvelles liaisons vers la Chine, "ce sont quatre à cinq entreprises chinoises qui se sont installées autour de l’aéroport. Il ne faut pas oublier que nous avons trois liaisons par semaine qui relient l’aéroport à la Chine".