Selon les premiers chiffres fournis par la police locale, environ 400 personnes ont participé à la nouvelle manifestation organisée ce samedi soir dans les rues de Liège.

Le rendez-vous était fixé dès 21h place Saint-Lambert afin de protester contre le couvre-feu en vigueur et réclamer des mesures sanitaires davantage solidaires.

Comme lors de la précédente manifestation organisée le 17 novembre, la police était présente sur les lieux dans le but de veiller au respect de l'ordre public.

"Appel à la désobéissance"

Et si cette dernière se refuse à ce stade à dresser un bilan complet, les participants étaient encore plus nombreux à avoir répondu à cet "appel à la désobéissance".

Et ce afin selon les dires de ce collectif de citoyens (très) engagés (à gauche) de "reprendre l'espace public", ce qui a donc été fait sans autorisation préalable.

Dans leur viseur: le couvre-feu, vu comme "une étape supplémentaire soi-disant exceptionnelle vers l'installation et l'acceptation généralisée des pouvoirs répressifs".

"Combien d'entre nous, sans perspectives, ne peuvent plus se projeter ? Combien de temps sommes-nous censés accepter cette situation et regarder les choses s'empirer ?".

En outre, l'impréparation et le manque d'anticipation des autorités politiques face à la pandémie actuelle étaient actuellement dénoncés par les organisateurs.

"Un ras-le-bol généralisé"

Ces derniers, non clairement identifiés et agissant via une page Facebook, ont également émis plusieurs autres griefs, évoquant "un ras-le-bol généralisé, légitime et justifié".

Et de faire un parallèle pour le moins douteux avec des affaires judiciaires en cours, lesquelles font la une de l'actualité en ce moment (Adil, Mawda, FGTB...).

A noter que le port du masque était conseillé à la fois pour limiter la transmission du virus mais aussi... " pour être moins reconnaissable par les images de la police locale".