Gazette de Liége

Qu’il s’agisse de commentaires racistes, sexistes, ou encore liés au poids, à l’orientation sexuelle voire à l’origine sociale, chacun a été ou peut être le cas échéant confronté à de déplaisantes remarques. Lesquelles laissent le plus souvent ceux qui en sont victimes ou témoins relativement pantois. "Nous ne savons pas comment répondre pour clouer le bec à notre interlocuteur. Tout simplement parce que le sens de la répartie n’est pas inné", constate à cet égard Geneviève Smal.

Cette dernière, diplômée en communication, en management et en conseil en entreprise, est aussi - et surtout, aime-t-elle à rappeler - titulaire d’un premier prix de conservatoire en arts de la parole ainsi que conférencière et coach. Concrètement, le métier de cette Liégeoise aux multiples facettes est d’aider qui le désire à être plus à l’aise dans la prise de parole en public, autant dire son domaine d’expertise.

Un quatrième jeu

C’est ainsi notamment qu’elle a déjà publié deux ouvrages, à savoir respectivement La Parole en public pour les timides, les stressés et autres tétanisés (paru aux Éditions Edipro en 2018) et 97 exercices décalés pour prendre la parole n’importe où, n’importe quand et avec presque n’importe qui(paru quant à lui aux Éditions Eyrolles en 2017 et écrit en duo). À côté donc de son métier de coach, Geneviève Smal a développé d’autres activités.

Parmi ces dernières, elle s’est lancée il y peu dans la création de jeux de société, en l’espèce des jeux de cartes, originaux et impertinents. Lesquels ont pour objectif avoué d’aider à délier les langues et à mieux communiquer. Après un premier jeu baptisé Takattak, elle a ainsi créé Takattak Family, son petit frère spécifiquement dédié aux enfants de 8 à 12 ans, puis Satyrik, qui mêle quant à lui allègrement communication et caricature.

Désormais, et alors que 17 000 jeux de cartes ont déjà été vendus, Geneviève Smal lance un quatrième jeu dénommé Takattak Trash. Comme pour les autres, sa créatrice confie que l’idée lui est venue de ses rencontres de terrain. Mais cette fois, elle va encore plus loin et repousse les limites, le nouveau jeu ayant pour but d’aider à se dépêtrer de situations délicates. Richement illustré, il entend proposer une démarche novatrice et ludique afin de lutter contre le harcèlement et les discriminations.

Voulu créatif et drôle, le dernier-né se donne pour mission de combattre les clichés parfois les plus lourds et d’apprendre, voire de booster la répartie des participants. Et ce afin de pouvoir répondre rapidement et sans se creuser les méninges au moment critique, de manière à se sortir d’une position de faiblesse. "Takattak Trash est un boosteur de confiance en soi. Grâce à cent piques illustrées et quatre variantes de jeu, s’entraîner à riposter devient un jeu d’enfant", conclut Geneviève Smal à propos de ce jeu volontiers décalé.